Ghouta orientale: Situation «complètement stabilisée» selon Moscou, qui va déployer sa police militaire jeudi

CONFLIT Selon le général russe Viktor Posnikhir, les derniers combattants rebelles « quittent actuellement la ville de Douma »...

20 Minutes avec AFP

— 

Le quartier de la Ghouta orientale, à Damas, en Syrie, le 21 mars 2018.
Le quartier de la Ghouta orientale, à Damas, en Syrie, le 21 mars 2018. — AMER ALMOHIBANY / AFP

La situation dans la Ghouta orientale, enclave rebelle proche de Damas assiégée depuis des semaines par le régime syrien, est « totalement stabilisée », a annoncé mercredi le général russe Viktor Posnikhir, annonçant le déploiement de la police militaire russe.

« La situation dans la Ghouta orientale est totalement stabilisée », a-t-il déclaré lors d’un briefing de l’armée russe, précisant que « les forces armées russes achèvent leur opération humanitaire massive conjointement avec les forces gouvernementales syriennes » dans cette région qui a subi une offensive dévastatrice du régime de Bachar El Assad.

La police militaire russe déployée

Selon le général russe, les derniers combattants rebelles « quittent actuellement la ville de Douma ». « Il n’y a plus aucun tir ou affrontement depuis cinq jours dans la Ghouta orientale », a souligné Viktor Posnikhir.

« Une unité de police militaire russe sera déployée à partir de demain pour assurer la sécurité, maintenir l’ordre et organiser l’aide aux habitants locaux dans la ville de Douma », dernière poche rebelle située dans la Ghouta orientale, a-t-il ajouté.

Selon les Casques blancs syriens, les secouristes en zones rebelles, et l’ONG Syrian American Medical Society, des dizaines de personnes ont été tuées le 7 avril à Douma dans une attaque aux « gaz toxiques », imputée par les Occidentaux au régime de Bachar El Assad, qui dément toute responsabilité.

L’armée russe a une nouvelle fois accusé mercredi les Casques blancs d’avoir « mis en scène devant les caméras » l’attaque chimique présumée du 7 avril à Douma.

Selon Viktor Poznikhir, les experts et médecins russes ont visité les lieux de l’attaque présumée le 9 avril à Douma et n’ont trouvé « aucune substance toxique », ainsi qu’aucun blessé en visitant l’établissement médical « qui figure sur les images des Casques blancs ». L’armée russe affirme également avoir découvert le 3 mars un « laboratoire souterrain de fabrication artisanale de substances toxiques » utilisé par les rebelles.

>> A lire aussi : Donald Trump prévient la Russie qu'il va lancer des missiles sur la Syrie