Syrie: Daesh exécute au moins 116 civils avant d'être chassé d'une ville

CONFLIT Le groupe djihadiste est accusé d’un nouveau massacre en Syrie…

20 Minutes avec agences

— 

Des soldats syriens dans une rue d'al-Qaryatayne, le 22 octobre dernier.
Des soldats syriens dans une rue d'al-Qaryatayne, le 22 octobre dernier. — AFP

Le groupe Etat islamique (EI) n’en finit pas d’assassiner des civils. Une nouvelle fois ce lundi, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a accusé les djihadistes d’avoir tué 116 civils « durant les 20 jours où il a contrôlé al-Qaryatayne », une ville située au centre de la Syrie.

Tués à l’arme blanche et par balle

Cette nouvelle intervient quelques jours après que l’EI a été chassé de Raqqa, sa « capitale », par une coalition de combattants arabes et kurdes. Cette intervention n’a fait qu’affaiblir les positions du groupe en Syrie mais cela ne l’empêche pas de poursuivre les massacres.

Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH a confié à l’AFP que les cadavres ont été « trouvés dans les rues, les maisons, et dans d’autres endroits […]. Certains ont été tués à l’arme blanche, d’autres par balle. »

>> A lire aussi : Libération du «rond-point de l'enfer» où Daesh menait les exécutions publiques à Raqqa

Des victimes accusées de collaboration

Toujours selon cette ONG qui dispose de nombreux correspondants sur place, « la grande majorité des victimes ont été tuées durant les deux derniers jours précédant le départ de l’Etat islamique ». Les personnes exécutées l’auraient été en raison de soupçons de collaboration avec les troupes du régime de Bachar Al-Assad.

Le départ du groupe djihadiste s’est effectué ce samedi, 200 combattants ont été contraints de battre en retraite. Ces derniers avaient passé 20 jours dans cette ville où vit une minorité chrétienne. Une fois la ville libérée de ces assaillants, les habitants ont pu constater que certaines églises avaient également été saccagées.

>> A lire aussi : Une adolescente belge de 14 ans radicalisée arrêtée en Turquie avec son bébé