Syrie: Une attaque de Daesh contre un camp de déplacés fait plus de 45 morts, dont une majorité de civils

SYRIE Cinq kamikazes se sont fait exploser mardi près et dans ce camp de réfugiés irakiens et de déplacés syriens...

20 Minutes avec AFP

— 

Des personnes blessées par une attaque de Daesh sont soignées dans un hôpital de la province d'Hassaké, en Syrie, le 2 mai 2017.
Des personnes blessées par une attaque de Daesh sont soignées dans un hôpital de la province d'Hassaké, en Syrie, le 2 mai 2017. — Uncredited/AP/SIPA

Les victimes seraient en majorité des civils. Plus de 45 personnes ont péri dans un assaut de Daesh contre un camp de déplacés en Syrie, où la pression croît contre l'organisation djihadiste.

C'est dans le nord-est syrien que cinq kamikazes se sont fait exploser mardi près et dans un camp de réfugiés irakiens et de déplacés syriens. Des combats s'en sont suivis entre djihadistes et combattants des FDS, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

>> A lire aussi : Daesh en passe de perdre un verrou vers son fief de Raqa en Syrie

Au moins 46 personnes dont 31 civils ont été tuées et des dizaines blessées dans l'attaque contre ce camp situé dans la région de Rajem al-Salibi, dans la province de Hassaké, selon l'OSDH. Daesh a revendiqué l'attaque, affirmant qu'un groupe de djihadistes avait attaqué les FDS près du camp temporaire qui abritait 300 familles irakiennes et syriennes. Environ 400 personnes ont été déplacées dans un autre camp suite à cette attaque, selon l'ONG Save the children.

Volonté de «coordination» de Trump et Poutine

Par ailleurs, un conseiller militaire russe a été tué par un tireur embusqué lors d'une attaque rebelle contre une unité syrienne, portant à 31 le nombre de soldats russes tués en mission de combat dans le pays.

Daesh est la cible d'une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui ont réussi à le chasser de 90% de Tabqa (nord), un verrou sur la route de Raqa, «capitale» de facto du groupe extrémiste en Syrie et ultime objectif de cette coalition arabo-kurde.

Donald Trump, qui dirige une coalition internationale anti-EI appuyant notamment les FDS, et son homologue russe Vladimir Poutine ont affirmé leur volonté d'une «coordination» dans la lutte antiterroriste et abordé la question de zones humanitaires, lors d'un entretien téléphonique mardi sur la Syrie.