Frappes en Syrie: La base aérienne d'Al-Chaayrate, une cible stratégique et symbolique

ETATS-UNIS La base ciblée par les États-Unis pour ses premières frappes contre l’armée syrienne n’a pas été choisie au hasard…

C.P.

— 

Vue aérienne de la base militaire syrienne de al-Chaayrate frappée par les Etats-Unis le 7 avril 2017.
Vue aérienne de la base militaire syrienne de al-Chaayrate frappée par les Etats-Unis le 7 avril 2017. — PENTAGONE

Un coup dur pour l’armée syrienne et tout un symbole pour Washington. Cette nuit, vers 00h40 GMT (2h40 en France), la base aérienne de l’armée syrienne d’al-Chaayrate, dans la province centrale de Homs,a été frappée par 59 missiles Tomahawk tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée orientale.

Carte de l'AFP montrant la localisation des frappes américaines en Syrie jeudi 6 avril 2017.
Carte de l'AFP montrant la localisation des frappes américaines en Syrie jeudi 6 avril 2017. - AFP

 

>> A lire aussi : EN DIRECT. Frappes américaines en Syrie: Suivez le déroulement des événements

Une base « directement liée » au massacre de Khan Cheikhoun

Pour les Etats-Unis, qui entendaient riposterà l’attaque chimique présumée imputée mardi au « dictateur Bachar al-Assad », cette cible était d’abord hautement symbolique. Dans une adresse solennelle à la télévision depuis sa résidence en Floride, Donald Trump a expliqué que ces frappes étaient « associées au programme » d’armes chimiques de Damas et « directement liées » aux événements « horribles » de mardi. Selon le Pentagone, les services de renseignement américains ont établi que les avions qui ont mené l’attaque chimique contre la localité de Khan Cheikhoun étaient partis de cette base

Par ailleurs, la base était connue comme un lieu de stockage d’armes chimiques avant 2013 et le démantèlement de l’arsenal chimique syrien, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone.

« L’aéroport abritait un centre pour la fabrication de barils explosifs et un site pour équiper les missiles en substances chimiques », a précisé ce vendredi l’opposant Ahmad Ramadan. Les barils explosifs sont une arme meurtrière utilisée par les avions du régime syrien contre des fiefs rebelles et qui a fait des milliers de morts parmi la population, selon des organisations internationales.

>> A lire aussi : VIDEO. Attaque chimique en Syrie: Ce que l'on sait de la riposte lancée par les Etats-Unis

Frappe américaine en Syrie: le destroyer USS Ross tire des missiles Tomahawk depuis l'Est de la Méditerranée, le 7 avril 2017.
Frappe américaine en Syrie: le destroyer USS Ross tire des missiles Tomahawk depuis l'Est de la Méditerranée, le 7 avril 2017. - US NAVY/AP

« Une des dernières bases importantes syriennes en état de fonctionnement »

Stratégiquement, c’est également un coup dur pour l’armée syrienne qui essuie des fortes pertes dans une de ses plus grandes bases militaires « C’est une des dernières bases importantes syriennes qui est en état de fonctionnement, une base bien défendue sur laquelle se trouvaient des avions (des appareils russes), des missiles antimissiles et des missiles antiaériens », a expliqué ce vendredi matin le journaliste spécialiste aéronautique Michel Polacco, au micro de France Info.

Selon les premiers témoignages sur place, les frappes ont quasiment anéanti ce site militaire stratégique. Cette « agression flagrante » a fait « six morts, des blessés et d’importants dégâts matériels », a indiqué ce vendredi l’armée syrienne, sans préciser si les victimes étaient des militaires ou des civils.

Selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, l’aéroport « a été presque totalement détruit : les avions, le tarmac, le dépôt de fuel et le bâtiment de la défense aérienne ont été pulvérisés ».