Frappes en Syrie: Washington menace de nouvelles actions et prépare des sanctions

LIVE Revivez les événements de vendredi alors que les Etats-Unis ont répondu à l'attaque chimique menée par Damas mardi...

P.B., C. Ape., O. G., M.A avec AFP

— 

L'ancien patron d'ExxonMobile, Rex Tillerson devient le nouveau secrétaire d'Etat américain.
L'ancien patron d'ExxonMobile, Rex Tillerson devient le nouveau secrétaire d'Etat américain. — Steve Helber/AP/SIPA

L’ESSENTIEL :

  • Les forces américaines ont tiré 59 missiles Tomahawk dans la nuit de jeudi à vendredi contre la base aérienne syrienne depuis laquelle aurait été lancée l’attaque chimique.
  • Les missiles ont été tirés depuis la Méditerranée par deux destroyers.
  • Donald Trump a averti que le « dictateur syrien » avait franchi la ligne rouge.
  • Une réunion d'urgence se tient ce vendredi vers 17h30 (heure de Paris) sur les frappes américaines et l'attaque chimique en Syrie.

A LIRE AUSSI

Vladimir Poutine juge «inacceptable» d'accuser sans preuve

Comment expliquer le revirement de Donald Trump ?

RESUME EN VIDEO 

 

2h00: Ce live est terminé

Après les frappes, reste une grande question: d'autres actions suivront-elles? Nikki Haley l'a évoqué «si nécessaire». Le Congrès veut désormais être consulté, et tout dépendra sans doute d'Assad. Bonne nuit à tous.

1h30: Les cibles des missiles

Presque tous les Tomahawks ont fait mouche. Ils ont surtout visé des entrepôts de munitions, des abris d'avions et des dépôts de carburant. La piste n'a pas été touchée, ce qui explique que des chasseurs syriens auraient décollé vendredi soir et effectué des raids sur des territoires contrôlés par Daesh.

 

23h45: 78 sénateurs sur 100 approuvent les frappes

Seulement 6 se sont ouvertement opposés aux frappes, dont le libertarien Rand Paul. De nombreux élus souhaitent toutefois que le Congrès soit impliqué si d'autres frappes avait lieu.

22h25: La réponse russe à la frappe américaine en Syrie «très décevante»

Selon le secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

22h15: Les Etats-Unis préparent des sanctions économiques contre la Syrie

La secrétaire d'Etat Rex Tillerson s'exprime.

21h40: L'Irak condamne «l'attaque chimique» en Syrie

L'Irak condamne «l'usage criminel des armes chimiques en Syrie qu'il considère comme une escalade très dangereuse», a précisé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Nous exprimons notre soutien à tous les efforts faits par la communauté internationale pour punir les parties responsables de l'utilisation d'armes chimiques», a poursuivi le ministère sans donner davantage de précisions.

21h15: Hollande demande une «attribution» rapide des «responsabilités»

«Les enquêtes de vérification doivent donc être renforcées. Le mécanisme d'attribution des responsabilités doit travailler le plus rapidement possible afin que ceux qui sont à l'origine de ces attaques soient sanctionnés», a déclaré le président de la République selon ce communiqué diffusé à l'issue d'un conseil de défense qui a réuni notamment les ministres de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et de l'Intérieur, Matthias Fekl. «Tous les Etats, mais plus particulièrement ceux qui continuent de soutenir le régime, ont une responsabilité dans ce domaine», a-t-il ajouté.

20h40: Des avions syriens auraient décollé de la base frappée par les Etats-Unis

Deux avions militaires ont décollé de la base aérienne syrienne frappée vendredi par les Etats-Unis et ont mené des raids dans les environs, affirme l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (pro-rebelles). Les appareils «ont décollé depuis la base d'Al-Chaayrate, qui est de nouveau en partie en service, et ont frappé des cibles près de Palmyre» dans le centre de la Syrie

20h10: Quelles conséquences après les frappes américaines?

On fait le point avec trois experts par ici.

 

 

19h55: Images des dégâts sur la base de Shayrat:

 

19h50 : Moscou attend des explications du secrétaire d’Etat US lors de sa visite

Rex Tillerson doit effectuer sa première visite à Moscou mardi et mercredi prochains. « La visite est à l’ordre du jour. Qu’il vienne et qu’il nous explique ce qu’ils ont fait aujourd’hui. Nous lui dirons tout ce que nous en pensons », a déclaré à l’antenne de la télévision NTV la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

« Nous attendons ses explications », a-t-elle poursuivi, ajoutant que la diplomatie russe avait eu des contacts vendredi avec les Américains à propos des frappes et de cette visite.

Mme Zakharova a qualifié les frappes américaines, qui ont visé dans la nuit une base de l’aviation syrienne, d’acte « sans but, imprudent et dangereux ».

19h35 : L’ambassadrice américaine à l’ONU menace d’une nouvelle intervention en Syrie

« Les Etats-Unis ont pris une décision très mesurée la nuit dernière » avec la frappe sur une base aérienne syrienne, a expliqué Nikki Haley au Conseil de sécurité. « Nous sommes prêts à en faire plus, mais nous espérons que cela ne sera pas nécessaire. »

Haley a également prévenu Moscou: «A chaque fois qu'Assad a franchi la ligne de la décence humaine, la Russie s'est tenue à ses côtés».

19h25 : Washington cherche à déterminer si Moscou a participé au raid chimique

Selon le Washington Post, les militaires américains ne sont pas sûrs pour le moment. Il semble que Moscou avait du matériel et des forces sur la base de Shayrat.

« Nous soupçonnons que (les Syriens) ont reçu de l’aide » dans l’attaque chimique présumée de mardi contre Khan Cheikhoun qui a fait au moins 86 morts dont de nombreux enfants, a déclaré un haut responsable militaire américain à des journalistes, sous couvert d’anonymat.

« Au minimum, les Russes ont échoué à contrôler l’activité » de leur partenaire syrien, a-t-il dit, en rappelant que les Russes étaient présents sur la base aérienne d’où sont partis les avions syriens qui ont mené l’attaque.

« Nous ne pouvons pas dire ici le rôle que les Russes ont pu jouer », a-t-il dit. « Mais s’il y a une preuve quelconque, ou une accusation crédible, nous en tirerons les conséquences au maximum de nos possibilités », a-t-il dit.

19h10: Steve Bannon était opposé aux frappes

Selon des sources de NY Magazine, le conseiller de Donald Trump était opposé aux frappes car elles vont à l'encontre de la doctrine "America First" de Trump pendant la campagne. Le fait que Trump ait écouté son gendre Jared Kushner est un signe de l'influence sur le déclin de Steve Bannon, qui n'a plus de siège au Conseil sur la sécurité nationale.

 

18h35 : La Russie accuse, à l’ONU, les Etats-Unis d’avoir violé la loi internationale

La Russie a accusé les Etats-Unis, ce vendredi à l’ONU, d’avoir violé la loi internationale en frappant militairement le régime de Damas ce jeudi soir, après une attaque chimique présumée qui a fait plus de 80 morts.

« Les Etats-Unis ont attaqué le territoire souverain de la Syrie. Nous qualifions cette attaque de violation flagrante de la loi internationale et d’acte d’agression », a déclaré le représentant de Moscou à l’ONU, Vladimir Safronkov, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité consacré à la frappe américaine.

17h51 : Les militaires américains regrettent que la Russie veuille suspendre les échanges d’informations sur les frappes en Syrie

Les militaires américains souhaitent continuer à échanger des informations sur leurs opérations respectives en Syrie avec les Russes pour éviter tout risque d’incident, a déclaré vendredi un porte-parole du Pentagone. Le ministère de la Défense maintient le désir d’un dialogue à travers le mécanisme de sécurité des vols », a déclaré le major Adrian Rankine-Galloway, un porte-parole du Pentagone.

Moscou a annoncé vendredi la suspension de l’accord avec Washington sur ces échanges d’informations après la frappe américaine sur la base aérienne syrienne de al-Chaayrate.

L’accord a permis la mise en place d’une ligne de communication permanente entre les centres de commandement américain et russe pour les opérations en Syrie. Jeudi, les Etats-Unis ont utilisé cette ligne de communication pour prévenir les Russes de la frappe américaine sur la base, et permettre d’éviter toutes victimes chez ceux-ci. Des militaires russes étaient en effet présents sur la base.

17h40: Début de la réunion du Conseil de sécurité sur la frappe américaine contre le régime syrien

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont commencé à se réunir vendredi à propos de la frappe des Etats-Unis contre la Syrie lancée après une attaque chimique présumée par l'armée de Bachar al-Assad qui a fait plus de 80 morts.

La réunion se tient à la demande de la Russie, qui a estimé que le lancement d'une soixantaine de missiles américains contre une base aérienne en Syrie constituait une violation des lois internationales.

 

17h30 : Quelles sont les positions des différents candidats à la présidentielle française ?

Gêne chez les pro-Russes, condamnation claire de l’initiative américaine pour Mélenchon, opposition ferme à Bachar al Assad pour Hamon… Les frappes américaines en Syrie forcent les candidats à clarifier leurs positions… Retrouvez notre article par ici.

17h11: Les relations Etats-Unis/Russie mises à mal par ces frappes américaines? 

Le revirement de Trump, risque pour l'entente américano-russe? Pour Moscou, les frappes américaines contre la base aérienne d'al-Chaaryate ont fait l'effet d'une douche froide: vu de Moscou, Donald Trump devait être plus facile à gérer que Barack Obama, surtout dans le dossier syrien.

Durant sa campagne, Trump avait en effet prôné une «normalisation» des relations avec Moscou. 

 

L'intervention américaine intervient avant la visite à Moscou du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, attendu mardi et mercredi. Mais pour Pavel Felguenhauer, expert militaire russe interviewé par l'AFP, ces frappes ne vont «pas faire échouer» son voyage, ni bouleverser les relations entre Moscou et Washington.

 

«Trump a de sérieux problèmes internes et il a décidé de montrer qu'à l'inverse du faible Obama, il est prêt à ordonner des frappes. Nous, bien sûr, allons sévèrement dénoncer l'agression américaine, nous allons les injurier mais nous ne prendrons pas d'actions radicales», estime-t-il.

16h42: Le secrétaire général des Nations unies a appelé à la retenue et à une «solution politique» vendredi

Le secrétaire général des Nations unies a appelé à la retenue vendredi au lendemain d'une frappe américaine contre le régime de Damas et souligné qu'il n'y avait d'autre solution que politique à la guerre qui déchire la Syrie.

«J'en appelle à la retenue pour éviter tout acte qui ajouterait encore à la souffrance du peuple syrien», a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué. A ses yeux, «il n'y a pas d'autre voie pour mettre fin à ce conflit que celle d'une solution politique».

16h29: Infographie des réunions du Conseil de l'ONU... et des multiples blocages concernant la Syrie

retour en infographie sur les dernières réunions du conseil de l'ONU sur la Syrie... et les multiples vétos de la Russie et de la Chine.
retour en infographie sur les dernières réunions du conseil de l'ONU sur la Syrie... et les multiples vétos de la Russie et de la Chine. - AFP

 

15h52: Réunion d'urgence également du groupe de travail de l'ONU sur le cessez-le-feu à la demande de Moscou

Le Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG) va se réunir d'urgence à l'ONU vendredi à la demande de Moscou, après la frappe punitive menée jeudi par les Etats-Unis contre le régime syrien, trois jours après une attaque chimique, a annoncé l'ONU.

«La réunion, qui sera présidée par l'envoyé spécial (de l'ONU, Staffan de Mistura, ndlr), a été demandée par la co-présidence russe et acceptée par la co-présidence des Etats-Unis», a indiqué le bureau de Steffan de Mistura, dans une déclaration écrite.

15h46: Comment les habitants de Khan Cheikhoun, victime de l'attaque chimique, réagit aux frappes américaines? L'AFP est parti en reportage pour le savoir

A Khan Cheikhoun, victime d'une attaque chimique meurtrière, les habitants pleurent encore leurs morts mais espèrent que les frappes américaines infligeront une leçon à leur ennemi, le président Bachar al-Assad. 

Quelques heures après la première action militaire américaine contre le régime de Damas depuis le début du conflit syrien, Abou Ali, un habitant, se félicite des frappes. 

«C'est un avertissement clair à Bachar al-Assad: assez de meurtres et d'injustice!», affirme ce quadragénaire, espérant qu'Assad, l'Iran et la Russie y verront un «signal» sur le «changement de l'équilibre des forces».

Abou Mouhib, un déserteur de l'armée de 37 ans, veut que les Etats-Unis aillent plus loin. «Il faut punir le criminel et pas l'instrument du crime», dit-il. Pour lui, les frappes ordonnées par Donald Trump après l'«attaque chimique» imputée au régime «ne rendent pas justice aux proches des martyrs, elles sont juste une consolation».

15h20: Réunion au Conseil de sécurité de l'ONU ce vendredi à 17h30

 Le conseil de sécurité des Nations unies va se réunir d'urgence vendredi à 11h30 (17h30 heure de Paris) pour débattre de la frappe punitive menée jeudi par les Etats-Unis contre le régime syrien, trois jours après une attaque chimique.

La Russie - principal soutien au régime syrien avec l'Iran - a demandé cette réunion après avoir dénoncé la frappe américaine comme une «agression contre un Etat souverain».

 

Ils se réuniront à nouveau vendredi et entendront des représentants de l'armée américaine sur la frappe punitive, a indiqué la mission américaine à l'ONU. Les Etats-Unis occupent la présidence tournante du Conseil au mois d'avril.

 

L'ambassadeur adjoint de la Russie à l'ONU Vladimir Safronkov avait averti jeudi les Etats-Unis de «conséquences négatives» en cas d'intervention militaire en Syrie, qualifiant cette dernière «d'entreprise tragique et douteuse».

«Regardez l'Irak, regardez la Libye», avait-il dit en référence aux interventions de pays occidentaux dans ces pays qui ont conduit à des années de chaos.

15h14: La chef de la diplomacie européenne Federica Mogherini précise que l'Union européenne avait été prévenue des frappes

Dans un communiqué posté sur Twitter, Federica Mogherini a expliqué: «Les États-Unis ont informé l'Union européenne que, compte tenu de leur évaluation selon laquelle le régime syrien a utilisé des armes chimiques, ils ont lancé une attaque sur l'aérodrome de Shayrat en Syrie avec l'intention d'empêcher et de dissuader la propagation et l'utilisation d'armes chimiques mortelles. Les États-Unis nous ont également informé que ces frappes sont limitées et visent à éviter et à dissuader toute utilisation d'armes chimiques.»

 

15h02: «Il est temps de prendre des mesures pour protéger le peuple syrien opprimé», martèle Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a salué vendredi les frappes américaines en Syrie tout en les jugeant insuffisantes et en appelant à des mesures supplémentaires.

«Je salue cette mesure concrète et positive. Est-ce suffisant? Je ne crois pas. Pour avoir des résultats probants, il est temps de prendre des mesures pour protéger le peuple syrien opprimé», a déclaré le président turc lors d'un discours à Antakya dans le sud de la Turquie.

14h59: Le revirement de Donald Trump sur le conflit syrien en quelques tweets

« Mon attitude envers la Syrie et Assad a beaucoup changé», a reconnu le Président américain mercredi après l'attaque à l'arme chimique dans le nord-ouest de la Syrie.  Retrouvez par ici le changement assez brutal d'attitude de Donald Trump sur la Syrie et sur Bachar al Assad. 

14h53: François Fillon craint «une escalade qui peut conduire à un conflit généralisé»

Lors d'un déplacement en Auvergne, le candidat Les Républicains à l'élection présidentielle a dit craindre «une escalade qui peut conduire à un conflit généralisé».

«C'est le moment pour la France de faire entendre sa voix, pas de suivre aveuglément la politique de Washington», a-t-il affirmé, estimant notamment que la France doit «prendre l'initiative de remettre autour de la table à travers le Conseil de sécurité les Russes, les Iraniens et les Américains, parce que rien ne serait plus dangereux qu'un affrontement direct entre ces grandes puissances».

«C'est maintenant qu'il faut le faire, c'est la responsabilité du président de la République et j'ai envie de dire que malheureusement demain, il sera peut être trop tard», a-t-il ajouté.

 

14h41: C'est quoi un missible Tomahawk?

Cette infographie de l'AFP dévoile les différentes parties et caractéristiques d'un missible Tomahawk, alors que cette nuit, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne d'Al-Chaayrate.

Infographie montrant les caractéristiques d'un missile Tomawawk.
Infographie montrant les caractéristiques d'un missile Tomawawk. - AFP

 

14h30: Pour Pierre Lellouche, «la frappe américaine renforce indirectement les groupes djihadistes tout en condamnant toute chance d'aboutir à un accord régional»

Dans un communiqué, le député de Paris Pierre Lellouche (Les Républicains) critique la décision de Donald Trump: «Cette décision d'un président inexpérimenté, brusquement devenu le justicier autoproclamé de la morale et du droit international, ouvre une phase de très grave instabilité dans les affaires du monde. Sur le front syrien, la frappe américaine renforce indirectement les groupes djihadistes tout en condamnant toute chance d'aboutir à un accord régional. Au plan mondial, elle risque de faire des émules dans bien des endroits du monde. Qui empêchera demain la Corée du Nord, la Chine, l'Iran, le Pakistan ou la Russie d'agir de la même façon, au nom de la morale? (...) Il est consternant que la France, dont il reste à savoir si elle était informée à l'avance, en soit réduite à approuver une opération, dont elle-même et l'Europe seront demain les premiers à payer les conséquences.»

13h45 : L’Iran accuse les Etats-Unis d’utiliser de « fausses allégations » pour attaquer la Syrie

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a accusé ce vendredi les Etats-Unis d’utiliser de « fausses allégations » pour attaquer la Syrie et d’être « aux côtés » des groupes jihadistes Al-Qaïda et Etat islamique (EI).

« Les Etats-Unis ont aidé (l’ancien président irakien) Saddam Hussein à utiliser des armes chimiques contre l’Iran dans les années 1980. Par la suite, ils ont utilisé de fausses allégations concernant les armes chimiques, d’abord (pour attaquer l’Irak) en 2003 et maintenant la Syrie », a tweeté Javad Zarif, dont le pays est un proche allié du régime de Bachar al-Assad.

13h40 : Le Président du Parlement européen a interdit d’accès à son bâtiment un responsable syrien « pour des raisons de sécurité »

Antonio Tajani, le Président du Parlement européen a interdit d’accès à son bâtiment un responsable syrien « pour des raisons de sécurité », après l’attaque chimique présumée à l’origine de frappes américaines en Syrie, selon un document consulté ce vendredi par l’AFP.

Antonio Tajani, a par ailleurs refusé d’autoriser la conférence sur la Syrie à laquelle devait participer Ayman Soussan, le ministre adjoint des Affaires étrangères du régime syrien, organisée par un eurodéputé, jugeant l’initiative « inopportune ».

13h35 : Bernard Cazeneuve écourte sa visite en Tunisie pour être présent ce soir au Conseil de défense

Selon un journaliste d’Europe 1, le Premier ministre écourte sa visite en Tunisie en raison de la tenue d’un Conseil de défense, ce soir à l’Elysée.

 

13h25 : Jean-Luc Mélenchon accuse Hollande et Merkel de « donner à Trump le pouvoir solitaire de frapper qui il veut quand il veut »

Le leader de La France insoumise, vient de réagir ce vendredi midi sur Twitter. Dans la matinée, l’un de ses lieutenants, Eric Coquerel, avait réagi en condamnant « avec gravité l’intervention militaire des Etats-Unis ». « La décision unilatérale de Trump est irresponsable » et « la caution de la France » est « une faute supplémentaire dans le quinquennat de François Hollande ».

13h15 : Les frappes américaines, un acte « irresponsable » et « idiot », selon la présidence syrienne

La présidence syrienne a qualifié ce vendredi les frappes américaines contre une base militaire du régime d’acte « irresponsable » et « idiot ».

« Tout ce qu’a entrepris l’Amérique n’est qu’un acte idiot et irresponsable, et révèle sa vision à court terme (…) et son aveuglement sur les plans politique et militaire », a indiqué le communiqué de la présidence.

12h51: Retrouvez dans cette infographie les principales réactions internationales aux frappes américaines en Syrie

Inforgraphie des réactions des politiques dans le monde entier après les frappes américaines d'une base syrienne jeudi 6 avril 2017 suite à une attaque chimique.
Inforgraphie des réactions des politiques dans le monde entier après les frappes américaines d'une base syrienne jeudi 6 avril 2017 suite à une attaque chimique. - AFP

 

12h28: Les défenses antiaériennes de l'armée syrienne seront «renforcées» 

Les défenses antiaériennes de l'armée syrienne seront «renforcées» à la suite des frappes américaines contre la base syrienne de al-Chaayrate, a annoncé vendredi le porte-parole de l'armée russe.

«Afin de protéger les infrastructures syriennes les plus sensibles, une série de mesures seront prises au plus vite pour renforcer et améliorer l'efficacité du système de défense antiaérienne des forces armées syriennes», a déclaré à la presse le porte-parole de l'armée russe Igor Konachenkov.

Seuls 23 missiles américains ont atteint la base d'al-Chaayrate, a-t-il par ailleurs affirmé alors que le Pentagone a annoncé que 59 missiles avaient été tirés.

12h25: Pour l'OTAN, Le régime syrien porte «l'entière responsabilité» des frappes américaines

Le régime de Bachar al-Assad porte «l'entière responsabilité» des frappes américaines qui ont visé une base aérienne syrienne en représailles à l'attaque chimique présumée dans le nord-ouest de la Syrie, a estimé vendredi l'OTAN à Bruxelles.

«Le régime syrien porte l'entière responsabilité de ce développement. L'OTAN a constamment condamné la poursuite de l'usage des armes chimiques par la Syrie en claire violation des normes et accords internationaux», a réagi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, dans un communiqué.

12h12: Les frappes américaines «ont tué neuf civils dont des enfants», assure l'agence officielle syrienne

 «L'agression américaine a provoqué la mort de neuf civils, dont quatre enfants, fait sept blessés et provoqué d'importantes destructions dans les maisons des villages d'Al-Chaayrate, Al-Hamrate et Al-Manzoul», proches de la base visée, a indiqué l'agence, qui n'a pas précisé si ce chiffre incluait le bilan de six morts fourni plus tôt par l'armée syrienne.

12h04: «L'Union européenne travaillera avec les Etats-Unis pour mettre un terme à la violence en Syrie», assure Donald Tusk

Il faut une «détermination nécessaire contre les attaques chimiques» a plaidé Donald Tusk, président du Conseil européen. «l'Union européenne travaillera avec les Etats-Unis pour mettre un terme à la violence en Syrie», a-t-il tweeté. 

 

11h52: «Il faut frapper dans un cadre multilatéral, ce ne peut pas être une décision unilatérale des Américains», plaide Cambadélis

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS a souligné sur Europe1: «Le monde dangereux s'invite dans la présidentielle. On s'aperçoit que ce n'est pas seulement une partie de plaisir pour désigner le plus sympathique, que nous sommes dans une situation mondiale pour le moins déséquilibrée et on aurait dû écouter François Hollande en son temps quand il avait proposé à la communauté internationale de frapper le régime de Bachar el Assad la première fois qu'il avait gazé son peuple. Il faut frapper dans un cadre multilatéral, ce ne peut pas être une décision unilatérale des Américains. Si aujourd'hui la communauté internationale peut faire bloc, il faut qu'elle le fasse, mais dans un cadre de droit, parce que sinon c'est une situation où chaque pays peut faire sa vengeance personnelle.»

11h47: «Je demande le retrait des troupes françaises du Proche-Orient», a réagi Nathalie Arthaud

Nathalie Arthaud, candidate à l'élection présidentielle de Lutte ouvrière a elle aussi réagi sur BFMTV: «Je dénonce ces bombardements américains, je dénonce les bombardements russes, je dénonce évidemment les bombardemments d'Assad à l'arme chimique. C'est du terrorisme d'Etat qui alimente le terrorisme de Daesh. C'est les populations qui sont prisonnières. Parce que toutes ces interventions ne se font pas pour l'intérêt des populations, pour leur venir en aide. (...) Je demande le retrait des troupes françaises du Proche-Orient, d'Afrique où finalement ils oeuvrent pour des visées impérialistes. Aucun travailleur, aucun ouvrier n'a intérêt à ces interventions aux quatre coins du monde».

11h35: Macron souhaite «une action concertée» inscrite «dans le mandat de l'ONU»

 Emmanuel Macron a réitéré vendredi en Corse, après les frappes américaines contre une base de l'armée syrienne, son souhait d'«une action coordonnée sur le plan international en représailles au régime de Bachar Al-Assad», qualifié d'«ennemi» du peuple «syrien».

«Nous avons un ennemi: Daesh et l'ensemble des mouvements djihadistes. Le peuple syrien a un ennemi: Bachar Al Assad», a déclaré à son arrivé à l'aéroport de Bastia le candidat d'En Marche à l'élection présidentielle, qui a dit «prendre note de l'intervention américaine» et souhaiter «une action concertée» inscrite «dans le mandat de l'ONU».

11h34: Retrouvez la vidéo du discours de Donald Trump annonçant les frappes américaines contre une base syrienne

 

11h29: Pour Cazeneuve, les frappes américaines prouvent «que notre ligne était la bonne» en 2013

Les frappes américaines contre le régime de Bachar al-Assad en Syrie prouvent «que notre ligne était la bonne» en 2013, lorsque Paris avait réclamé «une réaction très ferme à l'égard de l'utilisation d'armes chimiques», a déclaré vendredi le Premier ministre français Bernard Cazeneuve.

«Nous constatons aujourd'hui que notre ligne était la bonne et que l'on se réveille, tant mieux», a réagi Bernard Cazeneuve, lors d'une rencontre à Tunis avec des représentants de la société civile tunisienne.

11h27: Selon la télévision russe, neuf avions de l'armée syrienne ont été «détruits»

Neuf avions de l'armée syrienne ont été «détruits» dans les frappes américaines contre l'aérodrome d'al-Chaayrate, a affirmé vendredi la télévision russe, diffusant des images de la base syrienne visée.

«Neuf avions syriens des forces armées ont été détruits par les frappes» américaines contre la base d'al-Chaayrate, a déclaré le correspondant de la chaîne de télévision russe Rossiïa 24, Evgueni Poddoubni, qui s'est rendu sur place.

Sur les images, on aperçoit au moins deux avions encore intacts dans leurs hangars en béton armé. Des morceaux de tôle et des débris non identifiables recouvrent le sol, selon ces images.

La chaîne d'informations montre aussi l'impact d'une bombe ayant noirci la piste d'atterrissage, restée néanmoins en bon état, avant de filmer le cratère qu'une autre bombe a creusé dans le sol.

11h20: Retour en images sur cinq dates clefs du conflit syrien

 

Infographie rappelant cinq dates clefs du conflit syrien.
Infographie rappelant cinq dates clefs du conflit syrien. - AFP

 

 

11h05: Une «réponse propotionnée» qui ne sera pas répétée?

Le porte-parole américain a laissé entendre que la frappe n'avait pas vocation à être répétée. «Il s'agissait d'une réponse proportionnée» à l'attaque de Khan Cheikhoun, destinée à «dissuader le régime d'utiliser des armes chimiques à nouveau».

«Ce sera le choix du régime s'il y en a d'autres (bombardements), cela se décidera sur la base de leur comportement à venir», a-t-il dit.

10h39: Hollande va réunir un Conseil de défense à l'Elysée ce vendredi à 19h

Le Président a annoncé devant les caméras qu'il allait réunir un Conseil de défense à l'Elysée ce vendredi à 19h. «Je considère que cette opération était une réponse. Elle doit être maintenant poursuivie au niveau international dans le cadre des Nations Unies si c'est possible, de façon à ce que nous puissions aller au bout des sanctions contre Bachar el Assad et empêcher qu'il y ait de nouveau utilisation des armes chimiques et l'écrasement par ce régime de son propre peuple», a déclaré, en marge d'un déplacement en Ardèche, le chef de l'Etat.

 

10h34: Retrouvez en vidéo les différentes réactions internationales

 

10h28: Pour Hamon, «la seule place de Bachar al Assad est devant les tribunaux»

«Bachar Al-Assad est directement responsable de la riposte décidée par les Etats-Unisa réagi Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, ce vendredi devant la presse. La seule place de Bachar al Assad est devant les tribunaux. Il faut discuter avec l'opposition syrienne à Genève, pas avec Bachar al Assad. L'iran et la Russie doivent être associés à ces discussions.»

10h12: Fillon dit «comprendre» la riposte américaine mais met en garde contre une «confrontation directe» Occident-Russie

François Fillon, candidat «Les Républicains» à la présidentielle, a dit vendredi que l'on pouvait «comprendre» la «riposte américaine» à l'attaque chimique présumée en Syrie, tout en demandant à ce qu'elle ne conduise pas «à une confrontation» entre l'Occident d'un côté, la Russie et l'Iran de l'autre.

«Cette riposte américaine, que l'on peut comprendre au vu de l'horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l'Iran. Ce serait un terrible danger pour la paix», écrit l'ancien Premier ministre dans un communiqué.

 

10h11: Ayrault voit un «signal» qui doit conduire Russes et Iraniens à comprendre qu'ils ne peuvent plus soutenir le régime de Bachar al-Assad

 Les frappes américaines en Syrie sont un «signal» qui doit conduire Russes et Iraniens à comprendre qu'ils ne peuvent plus soutenir le régime de Bachar al-Assad, a déclaré vendredi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, interrogé à la radio.

«Là, il y a un signal qui est donné, il faut maintenant que les Russes et les Iraniens comprennent que soutenir comme ils le font à bout de bras jusqu'à l'ignominie le régime de Bachar al Assad, ça ne tient pas, ça n'a pas de sens», a déclaré le ministre sur France Info.

10h09: Retrouvez sur cette carte la localisation et le déroulé des frappes américaines en Syrie

Carte de l'AFP montrant la localisation des frappes américaines en Syrie jeudi 6 avril 2017.
Carte de l'AFP montrant la localisation des frappes américaines en Syrie jeudi 6 avril 2017. - AFP

 

10h05: Bachar al-Assad porte «l'entière responsabilité» des frappes américaines, estiment Merkel et Hollande

Le président syrien Bachar al-Assad porte «l'entière responsabilité» des frappes américaines ayant visé une base militaire de son régime en représailles à une attaque chimique présumée, ont estimé vendredi la chancelière allemande et le président français.

«Une installation militaire du régime syrien utilisée pour des bombardements chimiques a été détruite cette nuit par des frappes américaines (...) Assad porte l'entière responsabilité de ce développement», ont indiqué Angela Merkel et François Hollande dans un communiqué commun, assurant que Washington les avait informés au préalable de son action.

«Nous appelons la communauté internationale à se rassembler en faveur d'une transition politique en Syrie», conclut le communiqué posté sur Twitter.

 

09h58: L'opposition syrienne appelle Washington à poursuivre leurs frappes

Les frappes américaines sur un seul aéroport militaire du régime «n'est pas suffisant», a réagi vendredi un dirigeant d'un influent groupe rebelle après le bombardement d'une base aérienne dans le centre de la Syrie, d'autres factions insurgées appelant également Washington à poursuivre leurs frappes.

«Frapper un seul aéroport n'est pas suffisant; il y a 26 aéroports (utilisés par le régime pour) bombarder les civils. Le monde entier doit aider à sauver le peuple syrien des griffes de l'assassin Bachar (al-Assad) et ses acolytes», a affirmé à l'AFP Mohammad Allouche, un dirigeant de Jaich al-Islam et membre du Haut comité des négociations (HCN) de l'opposition syrienne.

09h56: La Turquie souhaite une zone d'exclusion aérienne en Syrie après les frappes américaines

 La Turquie a appelé vendredi à la création d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie après les frappes américaines contre une base militaire du régime syrien.

«Pour éviter la reproduction de ce type de massacres (l'attaque présumée chimique imputée au régime), il est nécessaire d'instaurer sans tarder une zone d'exclusion aérienne et des zones de sécurité en Syrie», a déclaré le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, qualifiant les frappes américaines de «réponse positive».

09h55: La Russie demande une réunion d'urgence au Conseil de sécurité de l'ONU

La Russie a appelé vendredi à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après les frappes américaines en Syrie qui constituent selon elle «une menace à la sécurité internationale».

«Nous appelons le Conseil de Sécurité de l'ONU à tenir une réunion d'urgence pour discuter de la situation», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

09h42: Moscou suspend son accord avec Washington sur la prévention d'incidents aériens en Syrie

La Russie a annoncé vendredi la suspension de l'accord avec Washington qui visait à empêcher des incidents entre avions des deux pays en Syrie, après les frappes américaines contre une base des forces syriennes dans la province de Homs.

La Russie et les Etats-Unis avaient signé ce protocole d'accord, contenant des règles et et restrictions visant à empêcher les incidents entre les avions des deux pays dans le ciel syrien, en octobre 2015 quelques semaines après le début de l'intervention russe en soutien au régime de Damas.

Le document insistait sur le professionnalisme dont doivent faire preuve les pilotes, conseillait l'utilisation de certaines fréquences radio communes et préconisait la création d'une ligne de communication secondaire au sol

09h34: L'Allemagne estime que les frappes sont «compréhensibles»... mais appelle à une solution sous l'égide de l'ONU

Les frappes américaines ayant visé le régime syrien en représailles d'une attaque chimique présumée sont «compréhensibles», a indiqué vendredi le chef de la diplomatie allemande, tout en appelant à une solution politique sous l'égide de l'ONU.

«Il était à peine supportable de devoir regarder comment le Conseil de sécurité de l'ONU s'est montré incapable de réagir de manière claire à l'utilisation barbare d'armes chimiques. Que les Etats-Unis réagissent en attaquant les structures militaires du régime (de Bachar al-Assad) qui a commis ce crime de guerre, est compréhensible», a jugé le ministre Sigmar Gabriel dans un communiqué.

09h33: Le Japon soutient la «détermination» des Etats-Unis contre la prolifération d'armes chimiques

«Le gouvernement japonais soutient la détermination du gouvernement américain à ne jamais tolérer la prolifération d'armes chimiques», a déclaré à la presse le Premier ministre Shinzo Abe, jugeant que l'action américaine avait «eu pour but d'éviter une aggravation de la situation».

09h19: La Chine a appelé vendredi à «éviter toute nouvelle détérioration de la situation» en Syrie

La Chine a appelé vendredi à «éviter toute nouvelle détérioration de la situation» en Syrie après les frappes américaines contre une base militaire du régime de Damas, tout en condamnant «l'usage d'armes chimiques, par n'importe quel pays».

«Nous nous opposons à l'usage d'armes chimiques, par n'importe quel pays, organisation, ou individu, et quelles que soient les circonstances et l'objectif (recherché)», a affirmé Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

09h12: L'armée syrienne annonce «six morts» dans les frappes américaines

L'armée syrienne annonce «six morts» dans les frappes américaines de cette nuit.

«Les Etats-Unis ont mené à 03h42 (2h42 heure de Paris) une agression flagrante contre l'une de nos bases aériennes dans le centre, avec des missiles, faisant six morts, des blessés et d'importants dégâts matériels», a indiqué l'armée dans un communiqué lu par un porte-parole à la télévision d'Etat.

Un peu plus tôt, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) avait annoncé que «quatre soldats syriens avaient été tués ce vendredi par les frappes américaines en Syrie qui ont également « détruit presque totalement » la base aérienne du régime qui était visée.

9h02 : Ankara considère les frappes américaines en Syrie « positives »

La Turquie considère les frappes américaines contre une base militaire du régime syrien comme « positives » a déclaré vendredi le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, cité par l’agence progouvernementale Anadolu.

« Nous considérons que c’est une chose positive », a déclaré Numan Kurtulmus, interrogé sur la chaîne Fox TV. « Le régime de (Bachar al-) Assad doit être puni entièrement sur le plan international. »

8h55 : En 2013, Trump tenait un tout autre discours sur une possible intervention sans accord du Congrés

Et Twitter n'a pas oublié...

 

8h53 : Ryad soutient « complètement » Washington

En Arabie saoudite, un important allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, un responsable au ministère des Affaires étrangères a assuré que son pays « soutenait complètement » les frappes américaines en Syrie.

Ce responsable, cité par l’agence officielle saoudienne, a tenu le régime syrien pour « responsable de ces opérations militaires » à cause « de ses crimes odieux depuis des années contre le peuple syrien » et a qualifié de « courageuse » la décision de Donald Trump de frapper en Syrie.

8h51 : La France et le président de la Republique ont bien été prévenus «en amont» de l'intervention américaine, affirme BFMTV

8h47 : Le soutien des Russes et des Iraniens à Damas « n’a pas de sens », estime Ayrault

« Il faut maintenant que les Russes et les Iraniens comprennent que soutenir à bout de bras jusqu’à l’ignominie le régime de Bachar al-Assad, ça ne tient pas, ça n’a pas de sens (…) », a déclaré Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères, au micro de franceinfo, en marge d’un déplacement en Mauritanie.

« Il est temps de revenir à ce qui avait été décidé avec eux d’ailleurs, c’est-à-dire les bases de la transition politique qui passe par cette négociation de Genève qui doit être non pas une négociation de façade, mais une négociation profonde, sincère et efficace. »

8h28: Une conférence de presse aura lieu au Quai d'Orsay à 12h30 

La France n'a toujours pas officiellement réagi aux frappes américaines. L'Allemagne, elle aussi, reste silencieuse, contrairement à la Grande-Bretagne, qui a apoprté son soutien aux Etats-Unis. 

8h21 : Le gouvernement britannique « soutient pleinement » les frappes américaines

Le gouvernement britannique «soutient pleinement l'action des États-Unis», qui ont frappé une base aérienne syrienne, a déclaré un porte-parole de Downing Street vendredi.Ces frappes sont «une réponse appropriée à l'attaque barbare à l'arme chimique perpétrée par le régime syrien», estime le porte-parole dans une déclaration. Il précise que le Royaume-Uni «est déterminé à empêcher toute nouvelle attaque» du régime de Damas.

8h17 : Ces frappes sont « un préjudice considérable » aux relations russo-américaines, a affirmé le Kremlin

Les frappes américaines en Syrie causent un « préjudice considérable » aux relations entre Moscou et Washington, a déclaré vendredi le Kremlin, qui estime qu’elles constituent une « agression contre un Etat souverain ».

« Cette action de Washington cause un préjudice considérable aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état lamentable », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

8h16 : L’Iran « condamne vigoureusement » les frappes américaines

L’Iran « condamne vigoureusement » les frappes américaines contre une base militaire syrienne, a déclaré vendredi Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, cité par l’agence Fars.

« Nous condamnons toute action unilatérale et l’attaque (…) contre la base aérienne d’Al-Chaayrate sous prétexte d’une attaque chimique suspecte mardi à Khan Cheikhoun » qui a fait au moins 86 morts, a déclaré Bahram Ghassemi.

8h13 : Donald Trump « va dans le bon sens », selon Ségolène Royal

« La décision de Donald Trump va dans le bon sens », a réagi ce vendredi matin Ségolène Royal au micro de RTL. « Ça commence à prouver qu’il écoute son administration, et la communauté internationale », a-t-elle dit.

Mais la ministre de l’Environnement nuance, privilégiant les négociations à l’ONU. « Il faut que la communauté internationale puisse décider ensemble », a-t-elle affirmé. « Il faut que ce régime puisse sentir qu’il a face à lui une communauté internationale forte » et qu’il mette fin à ses exactions.

7h59 : Les frappes américaines en Syrie sont une « agression » contre « un Etat souverain » selon Poutine

Le président russe Vladimir Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une « agression contre un Etat souverain » se fondant « sur des prétextes inventés », a déclaré vendredi le Kremlin, cité par les agences de presse russes.

« Le président Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une agression contre un Etat souverain en violation des normes du droit international, (se fondant) sur des prétextes inventés », a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

7h52 : Marine Le Pen « étonnée » par la décision de Donald Trump

Interrogée sur France 2 ce vendredi matin, Marine Le Pen a estimé qu’il aurait mieux valu « attendre les résultats d’une enquête internationale avant d’opérer ce genre de frappes ». La candidate frontiste à la présidentielle a fait part de son étonnement quant à la décision de Donald Trump « qui a dit ne plus vouloir faire des Etats-Unis le gendarme du monde, ce qu’il a fait hier (jeudi soir) ».


« Ce que je voudrais c’est que l’on ne se retrouve pas avec le même scénario que celui en Irak ou en Libye », a déclaré Marine Le Pen, expliquant que ces processus d’intervention « entraînaient le K.O. et confortaient le fondamentalisme islamique ».
Faut-il alors discuter avec le chef d’Etat syrien Bachar al-Assad ? « Ce qui s’est passé est épouvantable » a rappelé Marine Le Pen, appelant toutefois à « attendre les résultats d’une enquête internationale ». « En l’état tant qu’il n’y a pas personne d’autre de crédible pour prendre des responsabilités, la chose à faire est d’organiser des élections », a-t-elle estimé. « Voilà peut-être ce que les nations doivent faire car c’est au peuple syrien de choisir » son président, a-t-elle encore avancé.

 

7h45 : L’armée israélienne prévenue à l’avance de l’attaque

Israël, qui a apporté son soutien « total » aux frappes des Etats-Unis contre la Syrie, a indiqué avoir été informé à l’avance de l’opération.

Une porte-parole militaire a indiqué à l’AFP que l’armée israélienne avait « été informée à l’avance par les Etats-Unis de l’attaque en Syrie qu’elle soutient totalement ».

6h57 : Les frappes en Syrie ont quasiment détruit la base et tué quatre soldats, selon l’OSDH

Quatre soldats syriens ont été tués ce vendredi par les frappes américaines en Syrie qui ont également « détruit presque totalement » la base aérienne du régime qui était visée, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« On a la confirmation de la mort de quatre militaires dont un général de brigade dans l’armée de l’air. L’aéroport a été presque totalement détruit : le tarmac, le dépôt de fuel et le bâtiment de la défense aérienne ont été pulvérisés », a indiqué à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

6h40 : Il y a eu des évacuations sur la base, selon un témoin

Un témoin indique à la chaîne ABC que des hommes et des véhicules ont été évacués de la base avant l'attaque. On sait que Moscou a été prévenu, et il est possible que la Russie ait transmis le message à son allié.

6h35 : Les premières critiques tombent

Le démocrate Tim Kaine reproche à Trump d’avoir agi sans passer par le Congrès, mais le président a les pleins pouvoirs quand il s’agit de lancer des frappes ponctuelles, comme Obama l’avait fait contre la Libye.

 

6h25 : Les supporteurs de Trump n’apprécient pas son revirement

Ils se font entendre sur Twitter avec le hashtag #nomorewar.

 

6h05 : Détails sur la frappe

Elle a été menée à 4h40 du matin (3h40 heure de Paris). Les USS Porter et Ross ont tiré 59 missiles Tomahawks qui ont visé « des avions, des entrepôts, des entrepôts de munitions, des systèmes de défense aérienne et des radars », indique l’armée américaine.

 

6h00 : « Des morts », selon le gouverneur d’Homs

Les frappes américaines sur une base militaire en Syrie ont fait des « morts », a annoncé à l’AFP le gouverneur de Homs, la province où elle est située. « Il y a des martyrs, mais nous n’avons pas encore de bilan ni pour les martyrs ni pour les blessés », a affirmé Talal Barazi au téléphone.

5h55 : Israël « soutient totalement » le « message fort » de Trump

Message officiel d’un porte-parole.

5h50 : Selon la télévision d’Etat russe, il y aurait « des morts et des blessés »

Pour l’instant, pas de confirmation.

 

5h45: Vidéo des tirs de Tomahawks

Fournie par l'armée US:

 

5h30 : Vidéo du raid sur la base

Obtenue par le journaliste irako-américain Steven Nabil sur WhatsApp, via ses contacts sur place.

 

5h15 : L’opposition syrienne salut les frappes

L’opposition syrienne s’est félicitée vendredi de la frappe américaine contre une base de l’armée syrienne et a appelé à la poursuite des bombardements jusqu’à « neutraliser la capacité » du régime à lancer des raids contre ses adversaires, a déclaré à l’AFP un porte-parole. « La Coalition de l’opposition salue la frappe et appelle Washington à neutraliser la capacité du (président syrien Bachar al-) Assad à mener des raids », a indiqué Ahmad Ramadan. « Nous espérons la poursuite des frappes », a-t-il ajouté.

5h10 : Les satellites américains ont capturé la route du raid de mardi

Selon NBC News, c’est notamment ce qui a donné la certitude à Washington que l’armée syrienne était bien responsable. Voici la carte des plans de vol :

 

5h00 : Moscou a manqué à ses responsabilités en Syrie, accuse le secrétaire d’Etat américain

La Russie a manqué à ses responsabilités en Syrie, a accusé jeudi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, mais elle a été avertie à l’avance de la frappe américaine sur une base syrienne pour éviter que ses militaires sur place ne soient touchés.

4h50 : Moscou prévenu à l’avance de la frappe américaine

« Les Russes ont été prévenus à l’avance » de la frappe d’une soixantaine de missiles sur la base aérienne syrienne, via la ligne de communication spéciale établie entre militaires américains et russes pour éviter les incidents en Syrie, a indiqué le porte-parole du Pentagone Jeff Davis. Depuis 2015, Moscou a déployé du matériel et des agents en Syrie, notamment des systèmes de défense sol-air et des chasseurs.

4h40 : La volonté de Trump « d’agir quand des pays franchissent la ligne »

La frappe en Syrie montre la volonté de Trump d’agir quand des pays « franchissent la ligne », a indiqué le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson.

4h30 : La frappe américaine a provoqué des « pertes », selon la télévision d’Etat syrienne

« L’une de nos bases aériennes dans le centre du pays a été visée à l’aube par un missile tiré par les Etats-Unis, provoquant des pertes », a signalé la source militaire citée par la télévision d’Etat syrienne, sans préciser s’il s’agit de pertes humaines ou matérielles.

4h15 : Courte déclaration de Donald Trump, qui lance un avertissement au « dictateur syrien Bachar al Assad »

Le président s’est exprimé depuis sa résidence de Mar-a-lago, en Floride, où il reçoit le président chinois.

« Mardi, le dictateur syrien Bachar al-Assad a lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents en utilisant un agent neurotoxique mortel ». Dénonçant une « attaque barbare », Donald Trump a « ordonné une frappe militaire ciblée contre la base aérienne depuis laquelle l’attaque chimique a été lancée ». Selon lui, il n’y a « aucun doute que la Syrie a utilisé des armes chimiques interdites et a ignoré les avertissements du Conseil de sécurité ». « Les précédentes tentatives pour changer le comportement d’Assad ont échoué dramatiquement ». Il conclut : « God bless America and the entire world ». Un virage à 180° pour un président qui avait fait campagne sur des thèses isolationnistes.

4h05 : John McCain salue le raid

Le sénateur républicain et son compère Lindsey Graham saluent « le professionnalisme » des forces armées américaines. Selon eux, Donald Trump a envoyé un message, « que les Etats-Unis ne vont plus rester passifs face à Assad ».

4h05 : La télévision syrienne qualifie les frappes américaines « d’agression »

La télévision d’Etat syrienne a qualifié vendredi d'« agression » les frappes américaines contre une base aérienne du régime, évoquant plus d’une cible. « Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles », a alerté la chaîne sitôt après l’annonce américaine.

4h00 : Washington accuse Damas d’avoir utilisé un agent neurotoxique de type sarin

Pour ces attaques, le régime Assad a utilisé un agent neurotoxique « qui a les caractéristiques du sarin », a affirmé un haut responsable de la Maison Blanche sous couvert d’anonymat. Selon NBC News, les radars américains ont apporté la preuve que des avions de l’armée syrienne avaient procédé au raid de mardi.

« Quelque chose doit se passer », déclarait Donald Trump jeudi après-midi. Sa réponse ne s’est pas fait attendre : dans la nuit de jeudi à vendredi, les Etats-Unis ont lancé une frappe de « plusieurs dizaines » de missile Tomahawk contre une base aérienne de Syrie, a annoncé le Pentagone, en réaction à l’attaque chimique de mardi.

La frappe, a été menée avec 59 missiles et a visé la base aérienne de Shayrat, près d’Homs, qui est « associée au programme » syrien d’armes chimiques et « directement liée » au raid « horrible » de mardi, qui a fait 86 morts, dont 30 enfants.