Attaque chimique en Syrie: Le bilan monte à 86 morts, dont 30 enfants

CONFLIT Selon des médecins sur place, les symptômes relevés sur les patients sont similaires à ceux constatés sur des victimes d’une attaque chimique...

20 Minutes avec AFP

— 

La ville de Khan Cheikhoun, en Syrie, a été le témoin d'une attaque chimique présumée
La ville de Khan Cheikhoun, en Syrie, a été le témoin d'une attaque chimique présumée — OMAR HAJ KADOUR / AFP

Le bilan de l’attaque « chimique » contre la ville syrienne de Khan Cheikhoun s’élève à 86 morts, selon un nouveau bilan communiqué mercredi soir par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le bilan précédent de l’Observatoire concernant l’attaque menée mardi faisait état de 72 morts, dont 20 enfants et 17 femmes, et 160 blessés.

Trente enfants tués dans l’attaque

« Il y a 30 enfants et 20 femmes parmi les victimes », un bilan en hausse en raison du décès de blessés graves, précise mercredi soir l’OSDH.

Ces dizaines de personnes dont des enfants, ont péri dans un raid aérien mené mardi sur Khan Cheikhoun, un fief rebelle et djihadiste du nord-ouest syrien.

>> A lire aussi : «Aucun doute, c’est du gaz sarin, 500 fois plus létal que le cyanure»

Selon des médecins sur place, les symptômes relevés sur les patients sont similaires à ceux constatés sur des victimes d’une attaque chimique, notamment avec des pupilles dilatées, des convulsions et de la mousse sortant de la bouche.

Washington hausse le ton

L’attaque a soulevé une vague d’indignation internationale, plusieurs pays occidentaux mettant en cause le régime de Bachar al-Assad.

Alors que Damas a été pointé du doigt, Moscou a jugé « inacceptable » en l’état un projet de résolution présenté à l’ONU par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni condamnant l’attaque de mardi.

>> A lire aussi : Trump évoque un changement de politique, le vote repoussé à l'ONU

L’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley a fustigé mercredi Moscou pour n’avoir pas su tempérer son allié syrien. « Combien d’enfants devront encore mourir avant que la Russie ne s’en soucie ? », a-t-elle lancé, affirmant que Washington prendrait des mesures unilatérales en cas d’échec à l’ONU.