VIDEO. La guerre en Syrie entre dans sa septième année avec un double attentat

CONFLIT Les attentats suicides ont fait 25 morts dans la capitale du pays...

20 Minutes avec AFP
— 
Des réfugiés syriens sur la frontière jordanienne près d'un camp de réfugiés
Des réfugiés syriens sur la frontière jordanienne près d'un camp de réfugiés — CHINE NOUVELLE/SIPA

Deux attentats suicide ont frappé mercredi Damas en moins de deux heures, tuant au moins 32 personnes le jour du sixième anniversaire du début de la guerre en Syrie.

Au cœur du souk de la capitale, juste après midi, des témoins racontent avoir vu un homme vêtu d’une « vareuse militaire ». « A ce moment, il a levé les bras vers le ciel et crié "Allah Akbar" ["Dieu est le plus grand"], puis l’explosion s’est produite », a raconté un homme à la télévision d’état. « Je suis tombé par terre et j’ai senti le sang s’écouler de mon œil ». Dans cette attaque, 32 personnes ont perdu la vie.

>> A lire aussi : «La population syrienne est exténuée, à bout de souffle», estime Mélanie Broquet

Attaque dans un restaurant

Moins de deux heures plus tard, dans le quartier de Raboué de l’ouest de Damas, un autre kamikaze « a déclenché sa ceinture explosive à l’intérieur d’un restaurant après avoir été pourchassé et cerné » par les services de sécurité, selon l’agence officielle Sana. La source policière a fait état de 25 blessés.

Le double attentat n’avait pas été revendiqué mercredi soir mais, fait rare, le puissant groupe rebelle islamiste Ahrar al-Cham a publié un communiqué « condamnant dans les termes les plus forts les attentats terroristes criminels ». Les attentats à Damas, jusqu’à présent relativement épargnée par les violences, surviennent cinq jours après la double attaque qui y a fait 74 morts et a été revendiquée par l’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie.

Les six années de guerre ont fait plus de 320.000 morts, plus de 11 millions de déplacés et de réfugiés, soit la moitié de la population d’avant-guerre, et laissé en ruines l’infrastructure du pays. Ce sombre anniversaire a coïncidé avec un troisième cycle de pourparlers de paix sur la Syrie au Kazakhstan mais qui, boycotté par les rebelles, s’est terminé mercredi sans avancées concrètes.