Syrie: 42 morts dans une série d'attaques-suicides contre les renseignements à Homs

MONDE Plusieurs kamikazes se sont fait exploser ce samedi devant deux sièges de la Sécurité…

20 Minutes avec AFP

— 

Homs, Syrie, le 5 juin 2014. Une femme marche dans les rues dévastées de la ville de Homs.
Homs, Syrie, le 5 juin 2014. Une femme marche dans les rues dévastées de la ville de Homs. — Dusan Vranic/AP/SIPA

Une attaque audacieuse inédite contre des services généralement bien défendus. Ce samedi, les médias officiels syriens et l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) ont fait état à Homs d’une série d’attaques suicide ainsi que d’affrontements entre les assaillants et les membres de la Sécurité qui ont duré quelque deux heures.

>> A lire aussi : VIDEO. Syrie: La désolation de la ville de Homs filmée par un drone

Revendication du Front Fateh al-Cham

L’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie, le Front Fateh al-Cham, a revendiqué cette série d’attentats suicide dans le centre de Homs, troisième ville de Syrie sous contrôle des troupes du régime de Bachar al-Assad.

D’après son communiqué, cinq kamikazes « ont pris d’assaut les sièges de la Sûreté d’Etat et des Renseignements militaires à Homs, tuant plus de 40 personnes dont le chef des Renseignements militaires Hassan Daaboul ».

« Un des kamikazes a spécifiquement visé le général martyr ».

L’OSDH a fait état de 42 morts, tandis que le gouverneur de la province centrale de Homs, Talal Barazi a évoqué un bilan de 30 morts et 24 blessés.

Parmi les morts figurent le chef des Renseignements militaires de Homs, Hassan Daaboul, un proche du président Bachar al-Assad et l’une des personnalités les plus connues des milieux des renseignements syriens, a annoncé la télévision d’Etat.

Celle-ci a précisé que les attaques avaient été menées par « six kamikazes », trois contre la Sécurité d’Etat et trois autres contre les renseignements. « Un des kamikazes a spécifiquement visé le général martyr ».

>> A lire aussi : Syrie: L'opposition accepte finalement de participer aux négociations à Genève

« Attaques les plus audacieuses perpétrées à Homs »,

« Ces attaques sont les plus audacieuses perpétrées à Homs », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

« Aux renseignements militaires, il y a eu des tirs contre les gardes. Des officiers ont accouru pour voir ce qui se passait et un premier kamikaze s’est fait exploser », a-t-il précisé.

« D’autres membres des renseignements se sont précipités et un deuxième puis un troisième kamikaze se sont fait exploser l’un après l’autre », a-t-il dit.

« Des affrontements se sont déroulés pendant deux heures tout au long des attaques », a ajouté M. Abdel Rahmane. La télévision d’Etat a également évoqué des « heurts » durant les attentats.

Les branches des redoutables services de la Sûreté de l’Etat et des Renseignements militaires se situent respectivement dans les quartiers sécurisés de Ghouta et de Mahatta.

Ces attentats visant l’appareil sécuritaire du pouvoir intervient au moment où un quatrième round de négociations se tient à Genève sous l’égide de l’ONU entre régime et opposition.