Syrie: Près de 25.000 personnes ont quitté Alep, fin de l'évacuation «d'ici un, deux jours maximum», selon la Russie

CONFLIT L’armée syrienne a lancé un appel pour que les derniers rebelles et civils quittent la ville…

20 Minutes avec AFP

— 

Alep-Est (Syrie). Des civils fuient les combats qui font rage le 13 décembre 2016.
Alep-Est (Syrie). Des civils fuient les combats qui font rage le 13 décembre 2016. — KARAM AL-MASRI / AFP

Les évacuations ont débuté il y a cinq jours, et depuis, près de 25.000 civils et rebelles ont pu quitter Alep. « Hier [lundi] seulement, nous avons évacué 15.000 personnes d’Alep-Est. Depuis jeudi, le total est de 25.000 », a indiqué Ingy Sedky, une porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), précisant que des « milliers » attendaient encore d’être évacués du réduit rebelle de la deuxième ville de Syrie.

Parmi ceux qui ont été évacués dans la nuit figurent 14 blessés se trouvant « dans un état grave », tandis que plusieurs autres ont quitté mardi matin à bord de bus, a-t-elle précisé.

Selon le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, « l’évacuation est actuellement en train de se finir ». « Nous espérons que c’est une question d’un, deux jours maximum », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec ses homologues turc et iranien.

L’armée syrienne appelle les derniers rebelles à quitter Alep

Parallèlement, toujours selon le CICR, 750 personnes ont quitté jusqu’à présent Foua et Kafraya, deux localités chiites assiégées par les djihadistes dans la province d’Idleb (nord-ouest), voisine de celle d’Alep. Ces évacuations simultanées ont eu lieu en vertu d’un accord conclu entre la Russie et l’Iran, d’une part et la Turquie, parrains respectifs du régime et de la rébellion.

>> A lire aussi : A Alep, les civils doivent aussi faire face à la soif, à la faim et au froid

De son côté, l’armée syrienne a lancé un appel aux derniers rebelles et civils à quitter Alep afin de pouvoir prendre totalement le contrôle de la deuxième ville de Syrie. « L’armée a lancé un appel via des hauts-parleurs aux rebelles et civils qui le souhaitent pour qu’ils quittent les quartiers Est » de la métropole, a indiqué une source militaire, affirmant que l’armée voulait « nettoyer la zone après la sortie des hommes armés ».