Syrie: Poutine veut un «cessez-le-feu sur l'ensemble du territoire»

GUERRE La fin du conflit pourrait se négocier à Astana, au Kazakhstan…

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine en Egypte, le 10 février 2015.
Vladimir Poutine en Egypte, le 10 février 2015. — CHINE NOUVELLE/SIPA

« La prochaine étape » pour la Syrie serait « un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire », a assuré ce vendredi le président russe Vladimir Poutine. « Nous menons des négociations intenses avec les représentants de l’opposition armée, notamment grâce à la médiation de la Turquie », a-t-il affirmé en marge d’une visite à Tokyo.

Accord russo-turc

« Nous nous sommes mis d’accord lors d’un entretien téléphonique avec Erdogan [le président turc] pour proposer aux différentes parties du conflit un nouveau terrain pour des pourparlers de paix. Cela pourrait être la capitale du Kazakhstan, Astana », a ajouté le chef d’Etat russe, allié du président syrien Bachar al-Assad.

>> A lire aussi : La guerre en Syrie, c'est aussi une bataille de mots, d'images et d'intox

Astana a déjà abrité des rencontres entre des représentants du régime de Damas et des personnalités de l’opposition tolérée par le régime.

Ces déclarations interviennent alors que le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir plus tard dans la journée pour tenter d’obtenir le déploiement à Alep d’observateurs internationaux chargés de surveiller les opérations d’évacuation de civils et rebelles.

>> A lire aussi : L'évacuation des rebelles et de leurs familles d'Alep serait terminée, selon l'armée russe

La plus importante victoire du régime

Des milliers de personnes ont été évacuées jeudi d’Alep, un mois après une offensive dévastatrice du régime qui s’apprête à proclamer sa plus importante victoire de la guerre avec la reprise totale de la deuxième ville de Syrie.

Le président Bachar al-Assad, qui a bénéficié du soutien crucial de la Russie et de l’Iran, a affirmé que les Syriens « écrivaient l’Histoire » avec la « libération » en cours de la ville.

>> A lire aussi : Comment Vladimir Poutine est devenu le maître du jeu d'un conflit régional aux répercussions mondiales