Syrie: A Alep-Est, «les derniers civils savent qu’ils vont mourir dans les prochaines heures»

CONFLIT En pleine offensive pour reprendre les derniers quartiers de la ville aux insurgés, l’armée de Bachar al-Assad est accusée d’exactions envers les populations civiles…

Vincent Vantighem

— 

Alep (Syrie), le 12 décembre 2016. Des civils fuient le quartier de Soukkari que l'armée de Bachar al-Assad vient de reprendre aux rebelles.
Alep (Syrie), le 12 décembre 2016. Des civils fuient le quartier de Soukkari que l'armée de Bachar al-Assad vient de reprendre aux rebelles. — STRINGER / AFP

« Je pense qu’il s’agit de mon dernier message. J’attends désormais la mort… » Toute la nuit, des habitants d’Alep-Est (Syrie) ont publié sur les réseaux sociaux des messages alarmants faisant état de violents combats et d’exactions qui auraient été commises alors que l’armée de Bachar al-Assad serait en train de reprendre les derniers quartiers tenus par les rebelles.

>> Les faits: La ville d'Alep est en train de tomber

Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies, a exprimé sa vive préoccupation réclamant à toutes les parties présentes sur le terrain « de protéger les civils en se conformant aux règles humanitaires internationales ». 20 Minutes fait le point sur cette situation très confuse…

  • Où se déroulent les combats ?

Depuis juillet, l’armée de Bachar al-Assad, appuyée par les forces russes, a lancé une vaste offensive contre Alep, grignotant petit à petit les quartiers contrôlés par les rebelles. Les combats se concentrent en ce moment dans les quartiers d’Al-Machad et de Soukkari au sud-est de la ville, dans lesquels les insurgés sont aujourd’hui totalement isolés, sans possibilité de fuite.

Evolution des zones de conflit à Alep entre septembre et décembre 2016.
Evolution des zones de conflit à Alep entre septembre et décembre 2016. - Simon MALFATTO Laurence SAUBADU Kun TIAN / AFP
  • Combien de civils sont « piégés » dans ces quartiers ?

Contacté par 20 Minutes, ce mardi matin, Jean-François Corty, Directeur des opérations internationales à Médecins du Monde, assure que « 50 à 100.000 civils » sont bloqués, sans possibilité de fuite, dans les deux quartiers actuellement visés par les forces loyalistes. « Il n’y a plus de corridor humanitaire. Ils se rendent compte qu’il n’y a plus d’espoir pour eux. Les civils savent qu’ils vont mourir dans les prochaines heures. »

Des civils tentent de voir Alep-Est le 12 décembre 2016.
Des civils tentent de voir Alep-Est le 12 décembre 2016. - STRINGER / AFP

Se basant sur plusieurs témoins, l’Agence France presse indique que de nombreux civils s’entassent dans un même secteur d’Al-Machad, faute d’abris. « Des femmes et des enfants dorment dans la rue adossés à leurs valises. Les gens ont faim et sont à la recherche de pain », selon ces témoins.

  • L’armée de Bachar al-Assad s’est-elle rendue coupable d’exactions à l’égard des civils ?

Impossible de l’affirmer avec certitude tant la situation reste confuse sur place. Mais de nombreux messages évoquent, ce mardi matin, des exécutions sommaires dans la rue, des personnes brûlées vives dans leurs maisons et le ciblage des personnels médicaux dans les rares hôpitaux encore ouverts.

>> A lire aussi : L'armée syrienne contrôle désormais 90% d'Alep-Est

Des faits suffisamment graves pour que Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères français, les dénonce dans un communiqué. « De telles atrocités révoltent les consciences, écrit-il. Plus que jamais, il y a urgence à faire cesser les atrocités à Alep. Toute la lumière doit être faite sur les souffrances infligées aux populations civiles. »

>> A lire aussi : Ayrault dénonce le «mensonge permanent» et le «double langage» de la Russie

  • Les autorités ont-elles dressé un bilan humain ?

Oui mais il reste encore une fois incertain. Depuis Genève (Suisse), ce mardi matin, l’ONU a indiqué que les forces progouvernementales avaient tué « au moins 82 civils (…) dont 11 femmes et 13 enfants probablement au cours des dernières 48 heures. » Des chiffres proches de ceux communiqués par Aleppo24, une plateforme d’informations locales proche du camp des rebelles.

  • Où en est la situation sur le plan diplomatique ?

Les efforts diplomatiques n’ont jamais porté leurs fruits au sujet d’Alep. En témoigne encore l’échec des derniers pourparlers américano-russes qui se sont tenus, samedi, à Genève. Ce mardi matin, la Turquie a annoncé qu’elle allait intensifier ses contacts avec la Russie dans la but d’instaurer un cessez-le-feu qui permettrait aux civils de partir.