Syrie: Ayrault dénonce le «mensonge permanent» et le «double langage» de la Russie

CONFLIT Moscou « prétend » combattre « le terrorisme » tout en laissant Daesh reprendre Palmyre, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault
Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault — DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Jean-Marc Ayrault a de nouveau critiqué l’attitude de la Russie dans le conflit syrien. Le ministre français des Affaires étrangères a dénoncé « une forme de mensonge permanent » de la part de la Russie, accusant notamment Moscou de « prétendre » combattre le terrorisme tout en laissant le groupe Etat islamique (EI) reprendre Palmyre.

Interrogé à son arrivée à une réunion de l’UE à Bruxelles sur l’absence de sanctions européennes à ce stade contre des responsables russes dans ce dossier, Jean-Marc Ayrault a d’abord dit « regretter profondément » le nouvel « échec » de pourparlers américano-russes samedi à Genève (Suisse).

« Un double langage »

« C’est un échec, a-t-il ajouté, parce qu’il y a un double langage et une forme de mensonge permanent » des Russes. « D’un côté on dit : "On négocie, on négocie et on va arriver à un cessez-le-feu", et puis de l’autre on continue la guerre et cette guerre c’est la guerre totale, c’est la volonté de sauver le régime de Bachar al-Assad et de faire tomber Alep, mais à quel prix ? A quel prix humanitaire ? », a lancé le chef de la diplomatie française. « Et puis enfin, les Russes qui prétendent lutter contre le terrorisme, se concentrent en fait sur Alep et ont laissé un espace à Daesh, qui est en train de reprendre Palmyre, tout un symbole ! », a-t-il poursuivi.

>> A lire aussi : Ayrault veut que l'ONU apporte des «secours à la population» d'Alep

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE doivent débattre lundi de la Syrie et de la situation humanitaire à Alep (ouest), à l’occasion de leur réunion mensuelle. L’offensive de l’armée syrienne et de ses alliés entrait lundi dans sa « phase finale » à Alep-Est, que les civils continuaient de fuir par milliers tandis que les dernières forces rebelles étaient assiégées dans un réduit. Par ailleurs, l’EI a repris dimanche le contrôle de la totalité de la cité antique de Palmyre (centre), d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).