Alep pourrait être totalement détruite à la fin de l’année, estime l’ONU

SYRIE « Des milliers de civils syriens vont être tués », a annoncé ce jeudi Staffan de Mistura l’envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie…

20 Minutes avec AFP

— 

Alep prend des allures de ville fantôme
Alep prend des allures de ville fantôme — AP/SIPA

Alep risque-t-elle de n'être qu'un souvenir dans les mois à venir ? Pour l’envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie, Staffan de Mistura, c’est une quasi-certitude.

Les quartiers rebelles de cette ville pourraient être totalement détruits à la fin de l’année et des milliers de civils vont être tués si l’armée syrienne, aidée de son allié russe, poursuit sa vaste offensive, a-t-il averti ce jeudi.

>> A lire aussi : Un clip pour relancer le tourisme... à Alep

« Dans deux mois, deux mois et demi au maximum, la partie est d’Alep risque d’être totalement détruite », a-t-il pronostiqué lors d’une conférence de presse.

Eviter un autre « Srebrenica »

« Nous parlons de la vieille ville en particulier, et des milliers de civils syriens vont être tués », a-t-il ajouté, appelant à éviter un autre « Srebrenica ». En quelques jours de juillet 1995, quelque 8 000 hommes musulmans avaient été assassinés par les forces serbes de Bosnie alors qu’ils tentaient de fuir l’enclave où étaient positionnés des soldats néerlandais de l’ONU.

Un cessez-le-feu en Syrie, qui aurait pu mener Moscou et Washington à coordonner leurs frappes aériennes en Syrie, a volé en éclats le 19 septembre, après avoir tenu moins de dix jours.

>> A lire aussi : Ayrault en tournée pour tenter de convaincre Russes et Américains

Le régime de Bachar al-Assad a lancé le 22 septembre une violente offensive avec Moscou pour reprendre les secteurs rebelles d’Alep. Depuis, 376 personnes, dont environ un tiers d’enfants, ont été tuées, près de 1 270 blessées, et 200 ont besoin d’être évacuées, selon de Mistura.

« Partir en dignité »

L’envoyé spécial de l’ONU a lancé un appel aux combattants de l’organisation djihadiste Front Fateh al-Cham (ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda), leur demandant de quitter l’est d’Alep. Sur les 8 000 combattants présents dans l’est d’Alep, 900 sont issus des rangs de Fateh al-Cham, selon Staffan de Mistura.

>> A lire aussi : Un bénévole ému aux larmes par le sauvetage d'un bébé, symbole de la guerre en Syrie

« Si vous décidez de partir en dignité et avec vos armes (…), je suis personnellement prêt à vous accompagner », a-t-il assuré.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), le nombre total de combattants anti-régime dans l’est d’Alep est de 15 000, dont 400 de Fateh al-Cham.

Staffan de Mistura a aussi demandé au régime syrien et à la Russie de déclarer la suspension des bombardements si cette sortie d’Al-Nosra a lieu.