L'armée syrienne annonce une réduction de ses bombardements sur Alep

CONFLIT De nouveaux efforts diplomatiques se déploient pour tenter de trouver une solution à la crise syrienne…

20 Minutes avec AFP

— 

Alep prend des allures de ville fantôme
Alep prend des allures de ville fantôme — AP/SIPA

L’armée syrienne a annoncé une réduction de ses bombardements sur les quartiers rebelles d’Alep, que le régime et son allié russe visent sans relâche depuis le début d’une vaste offensive il y a deux semaines. Dans un contexte international très tendu, de nouveaux efforts diplomatiques se déploient pour tenter d’avancer vers une solution de la crise syrienne.

L’armée du président Bachar al-Assad a annoncé avoir décidé une réduction des bombardements à la suite de l’avancée des forces prorégime dans les quartiers d’Alep tenus par les insurgés, situés dans l’est de la grande ville du nord de la Syrie et où vivent environ encore 250.000 personnes.

>> A lire aussi: «Alep est le symptôme du drame absolu que vivent les civils en Syrie»

«Des combats intenses mais pas de frappes aériennes»

« Après les succès de nos forces armées à Alep (…), le commandement a décidé de diminuer le nombre de bombardements aériens et d’artillerie sur les positions des terroristes », a déclaré l’armée dans un communiqué cités par les médias officiels. Le régime désigne par le terme de « terroristes » l’ensemble des groupes rebelles.

La décision a aussi été prise « pour permettre aux civils qui veulent partir d’atteindre des zones sûres », a indiqué l’armée. Selon le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, « des forces du régime syrien ont progressé du centre d’Alep vers Bustan al-Basha, un quartier du nord de la ville tenu par les rebelles » « Il y a des combats intenses mais pas de frappes aériennes, celles-ci se concentrant sur les limites sud de la ville d’Alep », a-t-il déclaré.

>> A lire aussi: Un clip pour relancer le tourisme... à Alep

270 civils tués depuis le 22 septembre

Les forces prorégime ont progressé dans le centre, dans le nord et dans le sud de l’ancienne capitale économique de la Syrie. Depuis l’annonce le 22 septembre par l’armée de l’offensive pour reprendre les quartiers d’Alep tenus par les rebelles, de très violents bombardements ont tué 270 civils, selon l’OSDH, et détruit des infrastructures civiles dont le principal hôpital.

Cette offensive a été sévèrement critiquée par les Occidentaux, qui en rendent la Russie responsable et évoquent des « crimes de guerre ».