Syrie: Un haut responsable djihadiste tué par la coalition

SYRIE Ahmed Salama Mabrouk était l’un des commandants de l’organisation djihadiste Front Fateh al-Cham, ancien Front Al-Nosra...

M.C. avec AFP

— 

Des combattants du front Al-Nosra, devenu Fateh al-Cham, en Syrie le 6 août 2016.
Des combattants du front Al-Nosra, devenu Fateh al-Cham, en Syrie le 6 août 2016. — Omar haj kadour / AFP

Il était « l’un des plus importants chefs d’Al-Qaida en Syrie  et un terroriste héritier d’Al-Qaida, qui avait des liens avec Oussama Ben Laden », selon les Etats-Unis. Le groupe djihadiste Front Fateh al-Cham, ex-branche d’Al-Qaida en Syrie, a annoncé lundi la mort de l’un de ses responsables dans une frappe aérienne de la coalition internationale, le Pentagone indiquant l’avoir visé sans confirmer son décès.

>> A lire aussi : Un attentat suicide lors d'un mariage fait 22 morts en Syrie

« Ahmed Salama, dit Abou Faraj l’Egyptien, membre du conseil de la choura (conseil consultatif) du Front Fateh al-Cham, est tombé en martyr à la suite d’un raid aérien de la coalition internationale dans l’ouest de la province d’Idleb », dans le nord-ouest de la Syrie, a écrit l’ex-Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaida, sur son compte Telegram.

« Sa mort va perturber et dégrader la coordination entre Al-Qaïda et les extrémistes »

Cet Egyptien a bien été visé par une frappe américaine près d’Idleb, a confirmé plus tard le porte-parole du Pentagone Peter Cook. Les autorités américaines « continuent d’évaluer les résultats » de l’opération pour déterminer si Ahmed Salama Mabrouk a bien été tué dans le raid, a précisé le porte-parole. « Sa mort, si elle est confirmée, va perturber et dégrader la coordination entre les figures majeures d’Al-Qaida et les extrémistes », a ajouté Peter Cook.

>> A lire aussi : Washington suspend ses pourparlers avec Moscou

Mabrouk, né en 1956, est l’un des commandants de l’organisation djihadiste Front Fateh al-Cham. Le Front al-Nosra avait annoncé en juillet la rupture des liens avec Al-Qaida au nom duquel il combattait depuis 2013, et l’adoption de son nouveau nom « Front Fateh al-Cham ». Washington continue de considérer le groupe comme proche d’Al-Qaida.