Syrie: Accusée à l'ONU «de crimes de guerre» par Washington et Londres, la Russie riposte

CONFLIT Le Kremlin n’a pas apprécié « le ton et la rhétorique des représentants de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis »…

20 Minutes avec AFP
— 
Les affrontements à Alep se poursuivent entre les forces de Damas et les rebelles.
Les affrontements à Alep se poursuivent entre les forces de Damas et les rebelles. — THAER MOHAMMED

La Russie est en colère. Le Kremlin a fustigé ce lundi les propos des ambassadeurs américain et britannique au lendemain des accusations de « barbarie » et de crimes de guerre qu’ils ont lancées à l’ONU contre l’armée russe en Syrie.

« Nous considérons le ton et la rhétorique des représentants de la Grande-Bretagne et des États-Unis comme inadmissibles et de nature à faire du tort à nos relations et au processus de règlement » du conflit, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors que l’aviation russe mène d’intenses bombardements à Alep depuis l’échec de la trêve en Syrie.

Une situation « extraordinairement compliquée »

Dmitri Peskov, qui a jugé la situation en Syrie « extraordinairement compliquée », a de nouveau accusé les rebelles d’avoir utilisé la trêve dans les combats pour « se regrouper et renouveler leur arsenal » avant de nouvelles offensives.

>> A lire aussi : La France dénonce des crimes de guerre commis à Alep

« Nous constatons également, sans céder à l’émotion, qu’il n’y a toujours pas eu de séparation entre la soi-disant opposition modérée et les terroristes » à Alep, a-t-il ajouté. « Cela rend la situation extrêmement tendue. » Le porte-parole du Kremlin a néanmoins indiqué, tout en jugeant le régime de cessez-le-feu « peu efficace », que la Russie « ne perdait ni espoir ni volonté politique » d’avancer dans le processus de paix en Syrie.

Les pays occidentaux ont nettement durci le ton ce week-end face au régime de Damas et surtout face à la Russie, accusée directement d’organiser l’offensive sur Alep, ville-clé du conflit syrien où s’affrontent âprement les forces de Damas et les rebelles.