Le chef du Front al-Nosra annonce la rupture avec Al-Qaida

SYRIE D'après le leader du groupe djihadiste, il s'agit de se concentrer sur le conflit en Syrie...

G. N. avec AFP

— 

Le chef du Front Al-Nosra, Abou Mohammad al-Jolani, dans une vidéo où il annonce sa rupture avec Al-Qaida.
Le chef du Front Al-Nosra, Abou Mohammad al-Jolani, dans une vidéo où il annonce sa rupture avec Al-Qaida. — HO / Orient News / AFP

La fin d’une histoire. Le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammad al-Jolani, a annoncé que cette branche syrienne d’ Al-Qaïda rompait ses liens avec le réseau djihadiste, lors d’une apparition inédite sur un enregistrement diffusé jeudi par la chaîne de télévision Al-Jazeera.

« Nous avons décidé d’arrêter d’opérer sous le nom de Front al-Nosra et de recréer un nouveau groupe […] portant le nom de Front Fateh al-Cham [Conquête de la Syrie, en arabe] », a indiqué le chef du deuxième plus important groupe jihadiste en Syrie. Il a affirmé que ce nouveau groupe « n’a aucun lien avec des parties étrangères ».

Eviter les bombardements de la coalition ?

Abou Mohammad al-Jolani a expliqué que cette décision visait à « faire taire les prétextes avancés par la communauté internationale et à sa tête les Etats-Unis et la Russie pour bombarder […] les musulmans en Syrie tout en prétendant viser » le groupe, classé « terroriste » par Washington. Cette annonce majeure intervient en effet une semaine après l’accord des chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, sur la lutte commune contre Al-Nosra et Daesh.

>> A lire aussi: Comment fonctionne la coalition internationale contre Daesh

Al-Jolani a souligné que cette décision « visait à protéger la révolution syrienne » et a promis d'« unir les efforts avec les combattants menant le djihad afin de libérer la Syrie des oppresseurs ».

L’expert en groupes jihadistes Charles Lister a tweeté avant l’annonce que l’objectif, pour al-Nosra, était de « s’incruster davantage dans la révolution syrienne et de garantir son avenir à long terme ».

>> A lire aussi: Peut-être la pire bavure de la coalition anti-Daesh en Syrie