Syrie: Une ville assiégée depuis 2012 reçoit son premier convoi d'aide alimentaire

SYRIE Le gouvernement de Damas a toujours refusé de laisser entrer de l'aide à Daraya...

M.C. avec AFP

— 

Une mère syrienne et son enfant à l'entrée d'un convoi humanitaire à Muademiyeh, le 2 juin 2016.
Une mère syrienne et son enfant à l'entrée d'un convoi humanitaire à Muademiyeh, le 2 juin 2016. — XINHUA/SIPA

C'était l'une des premières villes à se soulever contre le régime syrien en 2012. L'une des premières aussi à être assiégée. Daraya, située près de Damas, a reçu jeudi soir un convoi d'aide transportant de la nourriture, pour la première fois depuis le début du siège.

«Neuf camions sont actuellement en train d'être déchargés à Daraya. Ils contiennent une aide alimentaire, dont des aliments secs et des sacs de farine, de l'aide non alimentaire ainsi que de l'aide médicale», a affirmé Tammam Mehrez, directeur des opérations du Croissant Rouge syrien. Il a indiqué que l'aide alimentaire suffisait «pour un mois», sans préciser le nombre de personnes ou de familles qui en bénéficieraient.

Ville stratégique pour le régime, qui tente de la reprendre depuis quatre ans

Environ 8.000 personnes habitent encore cette ville située à une dizaine de km au sud-ouest de la capitale. De nombreuses personnes souffrent de graves pénuries et de malnutrition, d'après l'ONU et des ONG internationales.

>> A lire aussi : Des soldats français conseillent des rebelles arabo-kurdes

Le 1er juin, un convoi d'aide humanitaire était entrée pour la première fois depuis 2012, mais sans nourriture, au grand désespoir de la population affamée. «Il n'y a pas beaucoup d'habitants qui attendaient le convoi car ils ne croyaient plus aux promesses», a affirmé à l'Agence France Presse un témoin, Shadi Matar, joint via Facebook. «Et en raison des bombardements de la ville (par le régime), les gens n'osent plus sortir et se rassembler», a-t-il ajouté.

Le convoi est arrivé quelques heures après l'annonce par l'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura que le gouvernement syrien avait donné son autorisation à l'ONU pour envoyer de l'aide en juin par la route aux 19 villes assiégées en Syrie. Le gouvernement de Damas a toujours refusé de laisser entrer de l'aide à Daraya, alors qu'il l'a autorisé dans plusieurs autres localités. Le régime tente depuis quatre ans de reprendre la localité, très proche de la base aérienne de Mazzé, siège des services de renseignements de l'armée de l'air et de leur prison.