Syrie: Daesh encercle la ville de Palmyre

SYRIE Les djihadistes sont parvenus mardi à couper la route entre Homs et la cité antique, qu'ils avaient dû fuir le 27 mars...

M.C. avec AFP

— 

Photo de la citadelle de Palmyre en Syrie, publiée le 27 mars 2016 par l'agence Sana.
Photo de la citadelle de Palmyre en Syrie, publiée le 27 mars 2016 par l'agence Sana. — Uncredited/AP/SIPA

Daesh a infligé un revers à l'armée syrienne, moins d'une semaine après les célébrations par le régime et son allié russe de la reprise de la ville antique. Après avoir perdu Palmyre (centre) le 27 mars, les djihadistes sont parvenus mardi «à couper la route entre Homs et Palmyre près de l'aéroport militaire de Tiyas après une attaque lancée à partir de l'est de Homs», selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les villes de Homs et Palmyre, cité antique inscrite par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité, sont contrôlées par le régime de Bachar al-Assad. La coupure de cette route représente l'attaque la plus importante de Daesh depuis la reconquête de Palmyre par le régime avec l'appui de l'aviation russe, a déclaré le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane, faisant état de «violents combats» entre régime et djihadistes.

Tactique de harcèlement contre l'armée syrienne

Daesh «encercle Palmyre de tous les côtés sauf au sud-ouest», selon lui. Ses combattants sont positionnés à 40 km à l'ouest de la ville, à 25 km à l'est, à 10 km au nord et à 12 km au sud. La route coupée est une «route principale» mais pas la seule entre Homs et Palmyre, a-t-il précisé.

La guerre est devenue extrêmement mouvante dans le désert syrien où l'organisation djihadiste mène une tactique de harcèlement contre l'armée en attaquant ses points faibles puis en se retirant lorsque le régime contre-attaque, pour lui infliger des pertes ailleurs. Toujours dans la même région, l'aviation du régime a bombardé les positions de Daesh autour du champ gazier de Chaer, au nord-ouest de Palmyre, capturé la semaine dernière par les djihadiste, selon une source militaire.