Palmyre : L’Unesco « salue la libération » de la ville par le régime syrien

SYRIE Les forces de Damas ont pénétré dans la ville antique aux mains de Daesh depuis près d’un an…

Guillaume Novello

— 

La ville de Palmyre devrait sous peu être totalement libérée des djihadistes.
La ville de Palmyre devrait sous peu être totalement libérée des djihadistes. — Ron Van Oers/AP/SIPA

Palmyre n’est pas encore tout à fait libéré de Daesh mais ça s’en rapproche. L’armée syrienne, appuyée par l’aviation russe, est entrée ce jeudi dans la ville antique contrôlée depuis près d’un an par les djihadistes, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). L’Unesco a d’ailleurs « salué la libération » de Palmyre, « ville martyre »

« Les forces du régime sont entrées dans Palmyre du côté sud-ouest, dans le quartier al-Gharf à l’issue de combats contre l’Etat islamique », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire. Il a précisé que l’armée avançait « lentement en raison des mines » plantées par les djihadistes.

Violents combats dans la zone

Une source militaire syrienne a affirmé de son côté que « l’armée est entrée du côté nord-ouest après avoir pris le contrôle d’une partie de la Vallée des tombeaux », où se trouvent les célèbres tours funéraires de la cité antique. « Les violents combats se poursuivent [contre l’EI] dans la zone », a-t-elle ajouté. Appuyée par l’aviation russe, l’armée a débuté le 7 mars une bataille pour reprendre la ville inscrite par l’Unesco au patrimoine de l’Humanité et prise par l’EI en mai 2015.

Depuis sa prise de contrôle, le groupe extrémiste y a détruit de nombreux trésors archéologiques comme le célèbre Arc de Triomphe, les temples de Bêl et de Baalshamin ou encore des tours funéraires. Le directeur des Antiquités de Syrie Maamoun Abdelkarim a indiqué que les deux temples seront reconstruits sous la supervision de l’Unesco après la « libération prochaine » de Palmyre.