Syrie: Le calme règne après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu

SYRIE C'est la première trêve de cette ampleur dans un conflit qui a fait plus de 270.000 morts depuis 2011...

20 Minutes avec AFP
— 
Des habitants d'Alep dans les rues, peu avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 26 février 2016.
Des habitants d'Alep dans les rues, peu avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 26 février 2016. — KARAM AL-MASRI / AFP

La trêve est pour l'instant respectée. Le calme régnait dans les régions de Syrie tenues par les rebelles et le régime après l'entrée en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi d'un cessez-le-feu initié par Washington et Moscou et soutenu par l'ONU.

A minuit précise, les armes se sont tues dans la banlieue de Damas, dans la ville d'Alep et sa banlieue ouest, contrôlée par les rebelles, où les gens veillaient dans les rues en profitant de ce moment exceptionnel de quiétude. «Je me sens plus en sécurité, c'est très calme depuis une demi-heure. Je vais peut-être me coucher tard ce soir et je souhaite ne pas être réveillé demain par le son des avions» (militaires), a affirmé à l'Agence France Presse le jeune marié Mohamad Nohad, qui habite le quartier rebelle al-Kalassé à Alep.

Aucune sortie de l'aviation russe

A Jobar, quartier périphérique de Damas, Abdel Rahmane Issa, soldat de l'armée syrienne âgé de 24 ans et mobilisé depuis plus de trois ans, profitait lui aussi de la trêve. «Je ne peux pas cacher que je suis heureux que la guerre s'arrête même pour quelques minutes et si cela continue on pourra rentrer chez nous», a-t-il confié.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'aviation russe, alliée du président syrien Bachar al-Assad, n'a effectué aucune sortie depuis minuit au nord de Lattaquié, et le calme régnait dans les provinces centrales de Homs et Hama.

Accrochages avec Daesh et le Front Al-Nosra

Seuls quelques accrochages intermittents ont opposé les forces prorégime aux djihadistes ultra-radicaux de Daesh et au Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, selon l'OSDH. Quelques accrochages ont également eu lieu entre djihadistes et forces kurdes dans la province de Raqqa (nord). Daesh et le Front Al-Nosra sont eux exclus de l'accord de cessation des hostilités.

La trêve, soutenue par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, est la première de cette ampleur dans un conflit qui a fait plus de 270.000 morts depuis 2011, déplacé plus de la moitié de la population et qui voit s'affronter une multitude d'acteurs, syriens et internationaux.