Syrie: Les Etats-Unis appellent la Turquie à cesser ses frappes sur les Kurdes et le régime syrien

SYRIE Washington, allié d'Ankara, soutient dans le même temps les Kurdes syriens dans leur lutte contre les djihadistes...

M.C. avec AFP

— 

John Kerry à Munich, le 13 février 2016.
John Kerry à Munich, le 13 février 2016. — Matthias Schrader/AP/SIPA

Situation inconfortable pour Washington, à la fois allié d'Ankara au sein de l'Otan et de la coalition internationale contre Daesh, mais qui soutient les Kurdes syriens dans leur lutte contre les djihadistes. Les Etats-Unis ont exhorté samedi la Turquie à cesser ses tirs d'artillerie visant des forces armées des Kurdes de Syrie et celles du régime syrien, dans le nord de ce pays en guerre.

>> A lire aussi: Bachar al-Assad se dit prêt à de «longs» combats

«Nous avons pressé les Kurdes syriens et d'autres forces affiliées aux YPG (les Unités de protection du peuple kurde liées au PYD, le Parti kurde de l'union démocratique) à ne pas profiter de la confusion en s'emparant de nouveaux territoires. Nous avons aussi vu des informations concernant des tirs d'artillerie depuis le côté turc de la frontière et avons exhorté la Turquie à cesser ces tirs», a protesté le porte-parole du département d'Etat, John Kirby.

«Mare de sang»

Il réagissait à des informations de l'agence de presse officielle turque Anatolie annonçant que l'armée turque avait frappé samedi des cibles du PYD et du régime syrien dans deux incidents séparés.

«Nous sommes inquiets de la situation au nord d'Alep et nous nous efforçons de faire baisser les tensions de tous les côtés», a assuré John Kirby, actuellement à Munich avec son ministre des Affaires étrangères John Kerry pour une conférence consacrée à la guerre en Syrie qui a accouché jeudi soir d'un accord international en vue d'une «cessation des hostilités» en Syrie d'ici une semaine. «La Turquie et le YPG partagent la même menace posée par Daesh», le groupe djihadiste Etat islamique, a souligné John Kirby.

La semaine dernière, le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé les Etats-Unis d'avoir créé une «mare de sang» en s'alliant avec les Kurdes de Syrie.