Des nouveaux mariés prennent la pose le 5 février 2016 devant le photographe Jaafar Merhi au milieu des façades soufflées par les explosions dans la ville de Homs
Des nouveaux mariés prennent la pose le 5 février 2016 devant le photographe Jaafar Merhi au milieu des façades soufflées par les explosions dans la ville de Homs — JOSEPH EID AFP

GUERRE

Syrie: De jeunes mariés prennent la pose dans la ville dévastée de Homs

Les clichés sont réalisés par Jaafar Merhi, un photographe de 22 ans, fervent partisan du régime...

Ils prennent la pose en tenue de fête dans la ville dévastée de Homs (Syrie). Face à l’objectif du photographe Jaafar Merhi, des couples de jeunes mariés réalisent de surprenants clichés du « plus beau jour de leur vie », devant les façades soufflées par les explosions ou grêlées de balles, les immeubles aux toits effondrés ou dans les appartements noircis par les bombes incendiaires.

« Malgré toute cette tristesse, la vie continue »

« J’ai déjà fait trois mariages dans ces décors. Lorsque j’ai proposé pour la première fois à un couple de les photographier ici, ils ont été surpris. Quand je leur explique que je veux montrer que l’amour existe en dépit des ruines, certains acceptent, d’autres non », précise le photographe.

« J’ai accepté de me faire prendre en photo dans cet endroit dévasté. Car, plus tard, je les montrerai à mes enfants pour leur dire que, malgré toute cette tristesse, la vie continue », explique Nada, 18 ans, fraîchement mariée à Hassan Youssef, un officier de 27 ans.

Le photographe, fervent partisan du régime

Derrière ces clichés il y a aussi un message politique. Le photographe Jaafar Merhi, 22 ans, est un fervent partisan du dictateur syrien Bachar al-Assad. Il accuse notamment les « terroristes » d’être responsables des destructions et soutient que l’armée n’a fait que son devoir en reprenant ce quartier par la force.