20 Minutes : Actualités et infos en direct
SYRIESyrie: L'opposition accepte finalement de participer aux négociations à Genève

Syrie: L'opposition accepte finalement de participer aux négociations à Genève

SYRIECes pourparlers vont tenter de mettre un terme à une guerre qui a fait plus de 260.000 morts et des millions de réfugiés...
Des manifestants protestent contre le régime syrien à Genève, le 29 janvier 2016.
Des manifestants protestent contre le régime syrien à Genève, le 29 janvier 2016. -  Martial Trezzini/AP/SIPA
Mathias Cena

M.C. avec AFP

Un premier pas vers des négociations de paix. Après quatre jours d'hésitations, la principale coalition de l'opposition syrienne a finalement décidé de rejoindre les discussions ouvertes vendredi par l'ONU à Genève avec des représentants du régime pour tenter de mettre un terme à la tragédie dans le pays.

Le Haut comité aux négociations (HCN), qui regroupe des opposants politiques et des groupes armés, va dépêcher «entre 30 et 35 personnes» en Suisse, selon l'un de ses hauts responsables. Ces envoyés pourraient entamer les discussions dès dimanche, d'après l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Plus de 260.000 morts et des millions de réfugiés

Le HCN, formé en décembre à Ryad, avait refusé d'entamer les négociations tant que les bombardements de civils et le siège de localités se poursuivraient. Mais ils ont obtenu des garanties «de la part des Nations unies et d'autres acteurs», a déclaré Farah Atassi, une opposante proche du HCN, lors d'une conférence de presse à Genève. Dans la soirée, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite la France ont salué, dans des communiqués distincts, la décision du HCN de participer aux discussions.

Tous trois ont fait référence à la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui prévoit notamment un arrêt des bombardements des zones civiles et un accès aux localités assiégées. «Tout doit être fait pour donner sa chance à une solution politique», a souligné la présidence de la république française.

Les grandes puissances espèrent que ce dialogue inter-syrien, arraché au forceps sous pression de la communauté internationale et prévu pour durer six mois, parviendra à mettre un terme à une guerre qui a fait plus de 260.000 morts et des millions de réfugiés et déplacés depuis mars 2011. Selon la feuille de route, fixée dans une résolution de l'ONU en décembre, les Syriens doivent se mettre d'accord sur un organe de transition chargé d'organiser des élections à l'horizon mi-2017.

Sujets liés