Syrie: La France veut des «garanties» sur le départ de Bachar al-Assad

SYRIE La résolution adoptée vendredi à l’ONU envisage que se tiennent « début janvier » des négociations entre pouvoir et opposition...

M.C. avec AFP

— 

Laurent Fabius s'exprime devant les ministres des Affaires étrangères du Conseil de sécurité de l'ONU, le 18 décembre 2015.
Laurent Fabius s'exprime devant les ministres des Affaires étrangères du Conseil de sécurité de l'ONU, le 18 décembre 2015. — Bebeto Matthews/AP/SIPA

Tout comme les Etats-Unis, la France veut afficher sa fermeté au sujet de Bachar al-Assad. Laurent Fabius a demandé vendredi à l’ONU « des garanties » sur le départ du président syrien, estimant qu’il s’imposait « pour des raisons non seulement morales mais aussi d’efficacité ».

« Comment un homme pourrait-il rassembler un peuple qu’il a en grande partie contribué à massacrer », a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, peu après que le Conseil de sécurité de l’ONU eut adopté à l’unanimité une résolution qui entérine un ambitieux plan de paix pour la Syrie.

Une réconciliation « apparaît hors de portée » tant que Bachar al-Assad sera au pouvoir

« Tant que persistera la gouvernance actuelle de M. Bachar al-Assad, une réconciliation véritable et durable entre la population et l’Etat syrien apparaît hors de portée », a ajouté le ministre. Il a réclamé la « mise en place d’une transition effective qui implique le transfert à une autorité de transition des pleins pouvoirs exécutifs, notamment le contrôle sur l’appareil militaire et sécuritaire, comme le prévoit le Communiqué de Genève ».

La résolution adoptée vendredi à l’ONU envisage que se tiennent « début janvier » des négociations entre pouvoir et opposition pour mettre fin à quatre années et demi de guerre, et que s’instaure simultanément un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a salué « la première résolution qui se concentre sur les moyens politiques de résoudre la crise ». « C’est un pas très important qui nous permet de progresser » vers une solution, a-t-il ajouté.