Syrie: Washington nie avoir tué des soldats du régime d'Assad

SYRIE Quatre soldats ont été tués par un bombardement que Damas attribue aux Etats-Unis, ce que la coalition dément...

20 Minutes avec AFP

— 

Un bombardier américain Rockwell B-1 Lancer, le 5 novembre 2014 au-dessus de la Syrie
Un bombardier américain Rockwell B-1 Lancer, le 5 novembre 2014 au-dessus de la Syrie — ARIS MESSINIS AFP

Les pays occidentaux ciblent-ils désormais l’armée de Bachar al-Assad ? Quatre soldats ont été tués et 13 blessés par un bombardement sans précédent de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis sur un camp de l’armée syrienne, a rapporté ce lundi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le camp se situe à l’ouest de Deir Ezzor, à environ 2km d’une localité sous contrôle de l'organisation de l'Etat islamique.

La coalition dément

Cependant, la coalition, menée par les Etats-Unis, a démenti par le biais de son porte-parolat avoir frappé une position de l’armée.

« Nous sommes au courant de ces informations parues dans la presse, mais nous n’avons mené aucune frappe dans cette partie de Deir Ezzor, mais à 55 km de là », a indiqué le porte-parole de la coalition le colonel Steve Warren.

Une « agression flagrante »

De son côté, Damas a dénoncé comme une « agression flagrante » ce raid de la coalition internationale. « La Syrie condamne fermement l’agression flagrante des forces de la coalition menée par les Etats-Unis. Elle viole de façon criante la Charte des Nations unies », a affirmé le ministère des Affaires étrangères, qui a appelé le Conseil de sécurité à prendre les mesures nécessaires pour éviter qu’un tel incident ne se répète.

Damas a fait par ailleurs état de la destruction de plusieurs véhicules militaires et dépôts d’armes.