Syrie: Le stade de Raqqa, QG présumé de Daesh, dans le viseur des frappes françaises

ARMÉE L’enceinte sportive serait le théâtre d’exécutions et un centre de commandement de l'Etat islamique en Syrie…

L.C.

— 

Vue aérienne du stade de football de Raqqa, en Syrie.
Vue aérienne du stade de football de Raqqa, en Syrie. — Google maps

La cible peut sembler insolite. Les services de renseignements français ont le stade de football de Raqqa dans le collimateur. L’enceinte sportive serait le « centre névralgique » des décisions de l’organisation terroriste Etat islamique dans son fief syrien.

Une prison et un centre de planification

Situé dans les faubourgs de l’Est de la ville, le stade serait à la fois le théâtre d’exécutions des opposants, selon des images satellites du site, mais aussi un centre de planification et de commandement opérationnel, affirme au Figaro « une source sécuritaire proche du dossier ».

Les vols de reconnaissance de l’armée française au-dessus de Raqqa ont en effet permis de constater une « densité de communications » près du stade supérieure au reste de la ville. L’Etat islamique utiliserait également le stade comme prison en recyclant des cellules souterraines construites par le régime de Damas, qui y confinait aussi ses opposants, écrit Le Figaro.

Capitale syrienne du califat autoproclamé

Raqqa, dans le Nord du pays, a été conquise en 2014 par les combattants du califat autoproclamé, qui en a fait sa capitale syrienne. La coalition internationale anti-Daesh en a fait l’une de ses cibles principales. Deux jours après les attentats du 13 novembre, l’armée française avait largué une vingtaine de bombes sur la ville, visant un poste de commandement et un camp d’entraînement.

>> A lire aussi : « Les frappes de l’armée française à Raqqa sont symboliques »