Paris organise mardi une réunion sur la Syrie avec les principaux acteurs régionaux

DIPLOMATIE Paris souhaite réunir plusieurs de ses homologues, occidentaux et arabes, sur la crise syrienne...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le 22 mai 2015 à Paris
Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le 22 mai 2015 à Paris — JOEL SAGET AFP

La France prépare une réunion sur la Syrie mardi à Paris autour des « principaux partenaires régionaux », a annoncé lundi le porte-parole du Quai d’Orsay.

« Nous travaillons à l’organisation d’une nouvelle réunion autour des principaux partenaires régionaux ce mardi à Paris », a déclaré Romain Nadal, sans en préciser le format, lors d’un point de presse électronique.

« Faire avancer les choses »

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait annoncé vendredi vouloir réunir plusieurs de ses homologues, occidentaux et arabes, sur la crise syrienne.

« J’ai invité la semaine prochaine à Paris (…) nos amis allemand, britannique, saoudien, américain et d’autres encore (…) pour essayer de faire avancer les choses », avait-il dit le jour même où se réunissaient à Vienne les chefs de la diplomatie russe, américaine, turque et saoudienne, en l’absence notable de la France.

Interrogé sur une présence de son homologue russe, Sergueï Lavrov, à la réunion de Paris, le chef de la diplomatie française avait répondu : « Non, je ne pense pas ». « Il y aura d’autres réunions où nous travaillerons avec les Russes ».

Pays non conviés à la réunion

Son entourage avait alors précisé que les ministres turc et saoudien viendraient à Paris mais que l’Iran n’était pas convié.

« Laurent Fabius est mobilisé en faveur d’un règlement politique de la crise en Syrie », a souligné le Quai lundi.

« Il s’est entretenu à plusieurs reprises ces derniers jours avec ses homologues étrangers, notamment américain, jordanien et saoudien, ainsi qu’avec le secrétaire général des Nations unies », a ajouté Romain Nadal. Il a aussi reçu vendredi l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.