VIDEO. Une Britannique dénonce «la mentalité de gangster» des femmes de Daesh

MONDE Shukee Begum dit s'être rendue en Syrie avec ses cinq enfants à la recherche de son mari...

M.C. avec AFP

— 

La Britannique Shukee Begum dit avoir échappé à Daesh en Syrie avec ses cinq enfants.
La Britannique Shukee Begum dit avoir échappé à Daesh en Syrie avec ses cinq enfants. — Channel 4

«Il y avait comme une mentalité de gangster parmi ces femmes seules. Des conversations violentes, à propos de guerre et de meurtre». Shukee Begum, une jeune Britannique qui s'est rendue en Syrie à la recherche de son mari, parti 18 mois plus tôt combattre aux côtés des djihadistes de Daesh, a confié le récit de son périple à la chaîne britannique Channel 4.

Agée de 33 ans et diplômée de droit, elle affirme s'être rendue en Syrie - avec ses cinq enfants - uniquement pour convaincre son époux, un ancien détenu de Guantanamo, de rentrer au Royaume-Uni. «Je voyais aux informations que le groupe EI allait de mal en pis (...) J'ai donc décidé d'essayer de lui faire entendre raison», déclare-t-elle.

«Elles se rassemblaient pour regarder des vidéos de Daesh»

Elle a d'abord été hébergée dans une maison contrôlée par Daesh dans la ville syrienne de Raqqa, la capitale du groupe djihadiste, avec des dizaines d'autres femmes et enfants. «Elles s'asseyaient ensemble, se rassemblaient derrière leurs ordinateurs pour regarder des vidéos de l'EI (...) Ce n'était pas ma tasse de thé». Après avoir retrouvé son mari, qui a refusé de l'aider à quitter la Syrie, des dirigeants de Daesh se sont opposés à son départ.

Shukee Begum veut que les femmes souhaitant se rendre dans les territoires contrôlés par l'EI soient conscientes «qu'on ne peut pas en partir facilement». Elle a finalement réussi à s'échapper et vit désormais près de la frontière turque, d'où elle espère pouvoir regagner le Royaume-Uni. D'après des chiffres officiels, plus de 700 Britanniques seraient partis combattre dans les régions de Syrie et d'Irak contrôlées par l'EI, parmi lesquels près de 300 seraient rentrés au Royaume-Uni.