Syrie: Daesh a exécuté 217 personnes à Palmyre en 9 jours

SYRIE Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des familles entières auraient été exécutées, dont des enfants avec leurs parents...

20 Minutes avec AFP

— 

Les ruines de la cité ancienne de Palmyre.
Les ruines de la cité ancienne de Palmyre. — Uncredited/AP/SIPA

Le groupe Etat islamique (EI) a exécuté au moins 217 personnes, dont des civils, depuis qu'il s'est emparé il y a neuf jours d'une partie de la province syrienne de Homs qui inclut Palmyre, a affirmé une ONG dimanche. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a déclaré qu'il avait des preuves de l'exécution de 67 civils, dont des enfants, et de 150 membres des forces syriennes, par des djihadistes de l'organisation terroriste dans plusieurs endroits de la province de Homs depuis le 16 mai.

Que se passe-t-il à Palmyre depuis qu’elle est tombée aux mains de Daesh?

«L'Observatoire a confirmé que Daesh avait exécuté 67 civils, dont 14 enfants et 12 femmes à Soukhna, Amiriya, aux environs de casernes d'officiers et à Palmyre», a indiqué l'ONG basée en Grande-Bretagne, en évoquant plusieurs zones situées dans l'est de la province de Homs. «L'EI a également exécuté plus de 150 membres des forces armées» et des milices du régime de Damas et d'autres accusés d'être des informateurs loyaux au régime, selon l'ONG.

600 personnes auraient été faites prisonnières

Selon le directeur de l'Observatoire Rami Abdel Rahman, des familles entières ont été exécutées, dont des enfants avec leurs parents. «La plupart des exécutions ont eu lieu à Palmyre. Certaines victimes ont été tuées par balles, d'autres ont été décapitées ou tuées avec des couteaux», a-t-il déclaré à l'AFP.

L'Observatoire a fourni ce bilan quelques heures après que les médias officiels syriens eurent affirmé que l'EI avait commis un «massacre» à Palmyre, tuant quelque 400 civils, la plupart des femmes et des enfants. Selon l'ONG, 600 personnes, dont des forces armées, des militants pro-gouvernementaux et des civils accusés de liens avec le régime, ont été en outre faites prisonnières par l'EI au cours de son avancée.