L'UE s'émeut du risque de nouveaux «crimes de guerre» à Palmyre

SYRIE L'EI s'est emparée jeudi de la totalité de Palmyre, baptisée la «perle du désert syrien»...

20 Minutes avec AFP

— 

Des Syriens dans une rue de Palmyre, le 18 mai 2015.
Des Syriens dans une rue de Palmyre, le 18 mai 2015. — AFP PHOTO /STR

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, s'est émue jeudi du risque de nouveaux «crimes de guerre» du groupe jihadiste État islamique (EI) après sa prise de la cité antique de Palmyre, en Syrie.

«A nouveau, des centaines de personnes ont été tuées, et des milliers risquent d'être exposées à des violences arbitraires, tandis que de nouvelles destructions de sites culturels risquent d'être perpétrées», a relevé Mme Mogherini, citée par un communiqué à Bruxelles.

L'UE a pris des mesures contre le trafic de biens culturels

«Les tueries de masse et la destruction délibérée du patrimoine culturel et archéologique de Syrie et d'Irak par Daech reviennent à des crimes de guerre aux termes du statut de Rome» qui encadre la Cour pénale internationale, a rappelé la diplomate, qui concluait une visite en Israël et dans les Territoires palestiniens.

«L'UE a pris toutes les mesures nécessaires pour prévenir le trafic de biens culturels, qui contribue directement au financement de l'EI et d'autres organisations terroristes», s'est-elle prévalu.

L'EI s'est emparée jeudi de la totalité de Palmyre, baptisée la «perle du désert syrien», suscitant des craintes de voir les trésors archéologiques de la cité pillés par les trafiquants et détruits par les jihadistes, comme ce fut le cas dans des cités antiques dans l'Irak voisin.