L’empoisonnement de Navalny sans doute orchestré par « de hauts responsables russes », selon Washington

DIPLOMATIE C'est le secrétaire d'Etat Mike Pompeo qui a fait cette affirmation, alors que Donald Trump avait jusqu'à présent évité de critiquer Moscou

20 Minutes avec AFP

— 

Le principal opposant russe Alexeï Navalny
Le principal opposant russe Alexeï Navalny — Pavel Golovkin/AP/SIPA

Washington sort de sa réserve. L’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny a probablement été orchestré par « de hauts responsables » du gouvernement russe, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, augmentant encore la pression internationale sur Moscou.

« Quand (les gens) voient les efforts faits pour empoisonner un dissident, et qu’ils admettent qu’il y a de fortes chances que cela vienne de hauts responsables russes, je pense que ce n’est pas bon pour le peuple russe », a déclaré le secrétaire d’Etat américain. Mike Pompeo a réaffirmé que Washington et ses alliés européens voulaient tous voir la Russie « faire rendre des comptes aux responsables ». Il a ajouté que les Américains essaieraient d’identifier les coupables. « C’est quelque chose que nous allons regarder, évaluer, et nous nous assurerons que nous ferons ce que nous avons à faire pour réduire les probabilités que quelque chose comme ça arrive de nouveau », a expliqué Mike Pompeo.

« Pas de preuve », selon Trump

La semaine dernière, Donald Trump, souvent accusé de laxisme face à Vladimir Poutine, avait expliqué ne « pas encore avoir vu » de preuves de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny, alors que l’Allemagne avait déjà affirmé qu’il avait été empoisonné par un agent neurotoxique « de type Novitchok ».

La Russie assure elle qu’aucune trace de poison n’a été détectée par ses médecins dans l’organisme de M. Navalny et met en doute la version des Européens, y voyant une « campagne de désinformation » pour lui imposer de nouvelles sanctions.

Mardi, les pays du G7 ont exhorté Moscou à traduire « urgemment » en justice les auteurs de « l’empoisonnement confirmé » de M. Navalny, dénonçant comme « inacceptable » tout usage d’armes chimiques.