Affaire Navalny : « Preuve sans équivoque » de l’utilisation d’un neurotoxique

POISON Un ex-agent russe avait lui aussi été victime du même composant en 2018

20 Minutes avec AFP

— 

L'hôpital de Berlin où est soigné Alexeï Navalny.
L'hôpital de Berlin où est soigné Alexeï Navalny. — Shutterstock/SIPA

Les examens médicaux pratiqués sur Alexeï Navalny par un laboratoire de l’armée allemande apportent la « preuve sans équivoque » que l’opposant russe a été victime d'un empoisonnement « par un agent neurotoxique de type Novitchok », a annoncé mercredi le gouvernement allemand. Cet agent toxique avait déjà été utilisé contre l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en 2018 en Angleterre selon les autorités britanniques, une affaire qui a provoqué une crise diplomatique entre Londres et Moscou. 

« Il est choquant qu’Alexeï Navalny ait été victime d’une attaque avec un agent chimique neurotoxique en Russie », ajoute le gouvernement d’Angela Merkel dans un communiqué, demandant à la Russie des éclaircissements « urgents » sur cet empoisonnement. « Seul l’Etat (FSB, GRU, les services secrets russes) a pu avoir recours au Novitchok. C’est au-delà de tout doute raisonnable », a estimé sur Twitter Ivan Jdanov, directeur du Fonds contre la corruption d’Alexeï Navalny.

Plusieurs pays ont réagi officiellement. « Je veux condamner dans les termes les plus forts l'utilisation choquante et irresponsable d'un tel agent [neurotoxique] », a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. « Les Etats-Unis sont très troublés par les résultats annoncés aujourd'hui. L'empoisonnement d'Alexeï Navalny est un acte absolument condamnable », a écrit pour sa part le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. « Le gouvernement russe doit maintenant expliquer sur ce qui est arrivé à Alexeï Navalny » a tweeté le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Possible « réponse commune » de l’UE ?

L’Allemagne va tenir informés « ses partenaires de l’Union européenne et de l’Otan des résultats de l’enquête », poursuit le gouvernement d’Angela Merkel. « Elle discutera d’une réponse commune appropriée avec ses partenaires à la lumière de la déclaration russe ».

Le gouvernement allemand prévoit aussi de « prendre contact avec l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) », les agents de type Novitchok étant interdits par cette organisation. Principal opposant au pouvoir du président Vladimir Poutine, auteur de publications dénonçant la corruption des élites russes qui sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny a été transféré fin août de Sibérie à Berlin.