VIDÉO. Russie: Une enquête ouverte après la diffusion d'images montrant une femme violemment frappée par un policier

VIOLENCES Le ministère de l’Intérieur a promis que « les coupables devront faire face à leurs responsabilités »

20 Minutes avec agences

— 

Un manifestant emmené par la police à Moscou le 10 août 2019.
Un manifestant emmené par la police à Moscou le 10 août 2019. — AP/SIPA

Une vidéo récemment partagée sur les réseaux sociaux a provoqué un vif émoi en Russie. On y voit une femme traînée au sol par quatre policiers puis violemment frappée à l’estomac par l’un d’eux lors d’une manifestation à Moscou.

Les images, vues par plus de 360.000 personnes, ont provoqué l’indignation dans les médias et sur les réseaux sociaux. Interrogée, la jeune femme âgée de 26 ans a expliqué avoir été interpellée pour avoir protesté contre l’arrestation d’un handicapé par les autorités.

Une contestation d’ampleur à Moscou

« Des policiers ont commencé à courir vers moi, je ne savais pas qui ils étaient », témoigne-t-elle. « C’était extrêmement désagréable. J’ai immédiatement eu des crampes partout, je ne pouvais plus respirer. Les côtes, le foie se sont contractés. » Elle a ensuite été emmenée au commissariat, où elle n’a pas pu voir d’avocat pendant plusieurs heures avant d’être finalement relâchée.

Le ministère russe de l’Intérieur a annoncé ce lundi avoir ouvert une enquête, promettant que « les coupables devront faire face à leurs responsabilités ». Un avocat de l’ONG Agora avait déjà proposé sur Twitter une récompense de 100.000 roubles (1.350 euros) pour identifier le policier en cause. 

Ces dernières semaines, l’opposition a organisé plusieurs manifestations d’ampleur à Moscou pour exiger d’autoriser ses candidats à participer aux élections locales du 8 septembre. La manifestation de samedi dernier a réuni près de 60.000 personnes, le plus grand rassemblement depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. Elle a donné lieu à 256 interpellations.