La Russie ne veut pas que la France lui donne des leçons de maintien de l’ordre

DIPLOMATIE La France avait protesté après l’arrestation de centaines d’opposants lors de manifestations à Moscou, ce week-end

20 Minutes avec AFP

— 

1.600 manifestants ont été arrêtés ce week-end à Moscou.
1.600 manifestants ont été arrêtés ce week-end à Moscou. — KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

La Russie a appelé mercredi la France à ne pas lui « donner de leçon » concernant les arrestations massives de manifestants récemment, l’accusant d’avoir usé de « toutes les méthodes répressives » lors du mouvement des « gilets jaunes ». L’opposition russe, dont plusieurs candidats ont vu leurs candidatures rejetées pour des élections locales de septembre, a manifesté samedi en plein centre de la capitale russe en signe de protestation.

Cette manifestation non-autorisée s’est soldée par près de 1.400 arrestations, selon une ONG, du jamais vu depuis le retour du président Vladimir Poutine au Kremlin en 2012. Lundi soir, le ministère français des Affaires étrangères a appelé à la « libération rapide » des manifestants arrêtés et exprimé « sa profonde préoccupation devant ces évolutions récentes ».

160 personnes condamnées à des amendes

« C’est la même France où pendant environ un an de véritables combats ont opposé les manifestants et la police, selon les Français eux-mêmes », a réagi sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, en référence au mouvement des « gilets jaunes » qui a secoué l’Hexagone depuis sept mois. « Les autorités françaises ont pratiqué sur leur population toutes les sortes de méthodes répressives : du gaz lacrymogène et des canons à eau aux arrestations en masse », a affirmé la porte-parole.

En Russie, les tribunaux ont annoncé mardi avoir ordonné une soixantaine de détentions provisoires et condamné plus de 160 personnes à des amendes après la manifestation de samedi. Avant même ce rassemblement, le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, avait été condamné la semaine dernière à 30 jours de prison pour des appels à manifester.