Russie: Oleg Sentsov arrête sa grève de la faim pour ne pas être nourri de force

PRISON Ce réalisateur de 42 ans originaire de Crimée refusait de s’alimenter depuis le 14 mai pour demander la libération de tous les « prisonniers politiques ukrainiens » en Russie…

20 Minutes avec AFP
— 
Oleg Sentsov pris en photo par les services pénitentiaires russes, image publiée le 29 septembre 2018.
Oleg Sentsov pris en photo par les services pénitentiaires russes, image publiée le 29 septembre 2018. — AFP

Le cinéaste ukrainien emprisonné en Russie Oleg Sentsov arrête ce vendredi sa grève de la faim pour éviter d’être nourri de force, annonce-t-il dans un message remis à la presse.

« Je suis forcé de mettre un terme à ma grève de la faim demain, c’est-à-dire le 6 octobre 2018 », a-t-il fait savoir dans une lettre manuscrite. « En raison de mon état de santé critique et de l’apparition de changements pathologiques dans mes organes, il était prévu prochainement de me nourrir de force », ajoute Oleg Sentsov. « Mon opinion n’est plus prise en compte », poursuit-il.

« 20 kg en moins et un corps brisé »

Ce réalisateur de 42 ans originaire de Crimée, la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, refusait de s’alimenter depuis le 14 mai pour demander la libération de tous les « prisonniers politiques ukrainiens » en Russie. Il a été condamné en 2015 à 20 ans de prison pour « terrorisme » et « trafic d’armes », à l’issue d’un procès qualifié de « stalinien » par l’ONG Amnesty International.

Ce vendredi, le service pénitentiaire russe avait annoncé la fin de la grève d’Oleg Sentsov, précisant que « les meilleurs nutritionnistes de Moscou ont mis au point un programme pour l’aider à ingérer progressivement des aliments solides ». Après « 145 jours de lutte, 20 kilos en moins et un corps brisé », « l’objectif n’est pas atteint », déplore le cinéaste ukrainien. « Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont soutenu et demande pardon à ceux que je laisse tomber », conclut Oleg Sentsov, terminant son message par « Gloire à l'Ukraine ! »