La Russie organise les plus grandes manœuvres militaires de son histoire

FORCE Ces manœuvres interviennent dans un contexte de dégradation des relations avec les Occidentaux…

20 Minutes avec AFP

— 

Des véhicules militaires russes en Sibérie, lors de la série d'exercices Vostok 2018 (images fournies par le ministère de la Défense russe).
Des véhicules militaires russes en Sibérie, lors de la série d'exercices Vostok 2018 (images fournies par le ministère de la Défense russe). — AP/SIPA

Le symbole a de quoi inquiéter. La Russie a lancé ce mardi les manœuvres militaires les plus vastes de son histoire. Près de 300.000 hommes y participent, appuyés par des forces chinoises, et plus de 36.000 véhicules sont mobilisés. L'Otan a dénoncé cet événement qui ressemble à une répétition avant un « conflit de grande ampleur ».

Tout le répertoire moderne de l’armée russe sera de la partie : des missiles Iskander, capables de transporter des ogives nucléaires, des tanks T-80 et T-90 ou les récents avions de combats Su-34 et Su-35. En mer, la flotte russe déploiera plusieurs frégates équipées de missiles Kalibr, qui ont fait leurs preuves en Syrie. L’exercice est baptisé « Vostok-2018 » et se poursuivra jusqu’au 17 septembre en Sibérie orientale et dans l’Extrême-Orient russe.

Un événement annoncé pour jeudi

Côté chinois, la participation est bien plus modeste avec 3.200 soldats engagés et une trentaine d’avions ou d’hélicoptères déployés, mais elle est symbolique alors que la Russie cherche à montrer qu’elle n’est pas isolée sur la scène internationale.

Les autorités russes ont annoncé un « événement » pour jeudi, sans donner plus de précisions. Cette démonstration de force, à laquelle devrait assister Vladimir Poutine, intervient dans un contexte de tensions persistantes avec les Occidentaux, entre crise ukrainienne, conflit en Syrie et innombrables accusations d’ingérence dans la politique occidentale.

Relations dégradées

Aux yeux de l’armée russe, cette démonstration de force est similaire à « Zapad-81 » qui, il y a près de 40 ans, avait mobilisé entre 100.000 et 150.000 soldats du pacte de Varsovie en Europe orientale, les plus grandes manœuvres jamais organisées à l’ère soviétique.

Sans surprise, l’Otan a dénoncé ces manœuvres. « Cela s’inscrit dans une tendance que nous voyons depuis un moment : une Russie plus sûre d’elle, qui augmente significativement son budget de Défense et sa présence militaire », a indiqué un porte-parole de l’Alliance, Dylan White.

Depuis 2014 et la grave dégradation des relations entre Moscou et l’Occident, la Russie a multiplié les exercices militaires d’ampleur, du Caucase à la Baltique et jusqu’en Arctique, tout en dénonçant l’expansion à ses frontières de l’Otan, menace fondamentale pour sa sécurité selon la nouvelle doctrine militaire russe adoptée la même année.