Affaire Skripal: Deux suspects identifiés par la police britannique, des mandats d'arrêt lancés

EMPOISONNEMENT La police britannique a diffusé les photos des deux suspects dans les médias, appelant toute personne qui les connaîtrait à la contacter…

20 Minutes avec AFP

— 

Les deux suspects russes, identifiés comme Ruslan Boshirov et Alexander Petrov.
Les deux suspects russes, identifiés comme Ruslan Boshirov et Alexander Petrov. — HO / METROPOLITAN POLICE SERVICE / AFP

Ils sont les deux principaux suspects de l'affaire Skripal. La police britannique a lancé ce mercredi deux mandats d’arrêt contre des ressortissants russes. Ils sont soupçonnés d’être à l’origine de l'empoisonnement au Novitchok de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia en mars dernier.

Les portraits des deux suspects ont été diffusés sur toutes les chaînes du Royaume-Uni. Ces deux hommes s’appellent Alexander Petrov et Ruslan Bochirov, probablement des pseudonymes selon les services secrets britanniques.

Trois chefs d’accusation

Au plus haut niveau de l’Etat, Theresa May les considère comme coupables de la tentative d’assassinat de Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en mars 2018. « Ces deux individus (…) sont des officiers des services de renseignement militaires russes, le GRU », a-t-elle affirmé devant les députés britanniques. L’empoisonnement « a été certainement aussi approuvé en dehors du GRU, à un niveau élevé de l’Etat russe », a-t-elle ajouté.

Le parquet britannique a retenu trois chefs d’accusation : conspiration en vue de commettre un meurtre, tentative de meurtre contre les Skripal et un policier britannique qui avait été contaminé après leur avoir porté secours en mars à Salisbury, dans le sud-ouest de l’Angleterre, et usage et possession de Novitchok, un puissant agent innervant.

Deux nouvelles victimes

Leur parcours a même été retracé avec précision. Selon la police, les deux suspects « sont arrivés à Londres le vendredi 2 mars à l’aéroport de Gatwick sur le vol SU2588 », a précisé le chef de l’antiterrorisme Neil Basu. Ils ont séjourné dans un hôtel avant de se rendre le 3 mars à Salisbury pour « un voyage de reconnaissance », suspecte la police. Le 4 mars, « nous pensons qu’ils ont contaminé la porte d’entrée [de Sergueï Skripal] au Novitchok » avant de quitter le pays par l’aéroport d’Heathrow le jour même.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères russe a dénoncé des « accusations sans fondement » et qualifié de « spectacle de propagande » les mandats d’arrêt lancés par la police britannique.

Trois mois après l’empoisonnement des Skripal, le Novitchok a fait deux nouvelles victimes à Amesbury : Charlie Rowley, 45 ans, et sa compagne Dawn Sturgess, 44 ans, avaient été admis à l’hôpital de Salisbury le 30 juin. Ils avaient manipulé un flacon, qu’ils pensaient être une bouteille de parfum, contenant l’agent innervant hautement toxique.