Russie: De nouveaux tests ADN confirment l'authenticité des restes du dernier tsar, Nicolas II

HISTOIRE Cette confirmation de l’appartenance de ces restes à Nicolas II, assassiné en 1918, pourrait permettre leur inhumation par l’Église orthodoxe…

20 Minutes avec agences

— 

La famille impériale russe vers 1909 : au centre, le tsar Nicolas II et son épouse la tsarine Alexandra Fedorovna, au 1er plan, le tsarevitch Alexeï et la princesse Anastasia ; en arrière plan, GàD, les princesses Maria, Tatiana et Olga
La famille impériale russe vers 1909 : au centre, le tsar Nicolas II et son épouse la tsarine Alexandra Fedorovna, au 1er plan, le tsarevitch Alexeï et la princesse Anastasia ; en arrière plan, GàD, les princesses Maria, Tatiana et Olga — Archives AFP

Les restes du dernier tsar de Russie viennent d’être authentifiés. De nouveaux tests ADN ont permis de confirmer l’appartenance des restes à Nicolas II et des membres de sa famille, assassinés il y a cent ans par les bolcheviques.

Cette annonce, faite ce lundi par les autorités, pourrait pousser l’Eglise orthodoxe à reconnaître officiellement ces restes et autoriser leur inhumation religieuse. Plusieurs analyses avaient été réalisées avant, mais le clergé du pays ne les avait jamais reconnues.

D’autres restes pas encore authentifiés

Ces nouveaux tests génétiques ont nécessité l’exhumation des restes du précédent tsar, Alexandre III afin de prouver que Nicolas II et lui étaient « père et fils », selon les enquêteurs. Le porte-parole de l’Église a déclaré dans un communiqué que le clergé examinerait « avec attention » ces résultats. Il a aussi salué « l’atmosphère de transparence » autour de cette enquête, rouverte en 2015 et toujours en cours.

Nicolas II, sa femme et ses cinq enfants ont été fusillés par les bolcheviques en juillet 1918. Ils ont été canonisés par l’Église orthodoxe en 2000. Découverts en 1979, leurs restes ont été inhumés en 1998 à Saint-Pétersbourg, lors d’une cérémonie boudée par le patriarche de l’Église de l’époque. Retrouvés en 2007, les restes présumés de deux des enfants du tsar n’ont toujours pas été inhumés, faute d’accord entre le clergé et les autorités.

>> A lire aussi : Méditerranée: Les Romains pourraient avoir été les premiers chasseurs de baleines avant les Basques

>> A lire aussi : Bolivie: Un musée posé au fond du Lac Titicaca est en projet

 

Mots-clés :