Russie: Poutine ultra favori, crédité de 70% des intentions de vote

RUSSIE Les bureaux de vote ont ouvert dans le Kamtchatka et d'autres régions de l'Extrême-Orient russe...

M.C. avec AFP

— 

Des marins russes votent à Vladivostok, le 18 mars 2018.
Des marins russes votent à Vladivostok, le 18 mars 2018. — Maria Borodina/AP/SIPA

Personne ne retiendra son souffle en attendant les résultats. Les Russes ont commencé à voter dimanche pour une présidentielle qui devrait voir la réélection haut la main de Vladimir Poutine, confortant son statut d’homme fort et incontournable du pays en plein regain de tensions avec les Occidentaux.

>> A lire aussi : La Russie confirme l’expulsion de 23 diplomates britanniques

Plus de 107 millions d’électeurs sont appelés aux urnes dimanche à partir de 8h locales à travers le plus grand pays du monde. Compte tenu du décalage horaire, les premiers bureaux de vote ont ouvert samedi dès 21h, heure française, dans l’Extrême-Orient russe, où les électeurs ont été les premiers à pouvoir déposer leurs bulletins.

Selon les premiers chiffres rapportés par l'agence publique TASS, la participation dépasse les 50%, voire les 70% dans plusieurs régions de l'Extrême-Orient russe, où le vote a démarré plus tôt.

La chaîne de télévision publique Rossiya 24 a ainsi montré les images de l’ouverture des bureaux de vote à Petropavlovsk-Kamtchatski, dans la péninsule du Kamtchatka, ou à Anadyr, dans le district autonome de Tchoukotka.

Des critiques d’une rare intensité contre Poutine… à l’étranger

Accusé par Londres d’avoir « ordonné » l’empoisonnement d’un ex-agent double en Angleterre, vilipendé à l’ONU pour son soutien à Bachar al-Assad en Syrie, confronté à de nouvelles sanctions des Etats-Unis pour l’ingérence de Moscou dans l’élection de Donald Trump… Vladimir Poutine aura été soumis à des critiques d’une rare intensité lors de sa dernière semaine de campagne.

>> A lire aussi : Ex-espion russe empoisonné: Le Royaume-Uni accuse personnellement Vladimir Poutine

Les démentis, échanges d’accusations et menaces de représailles réciproques qui ont rythmé la semaine résument un mandat marqué par le retour en force de la Russie sur la scène internationale, mais aussi par l’installation d’un climat de quasi Guerre froide sur fond de conflit syrien, d’annexion de la Crimée et d’insurrection pro-russe dans l’est de l’Ukraine.

Poutine, annoncé à 70 %, a fait une campagne a minima

Impassible, Vladimir Poutine n’a quasiment pas fait campagne, se contentant de deux participations de deux minutes chacune lors de concerts de soutien et snobant les débats télévisés.

>> A lire aussi : Interview: «Vladimir Poutine est hanté par l’idée d’une grandeur à restaurer»

Il s’est surtout illustré par un discours très musclé devant le Parlement pendant lequel il a longuement vanté les nouveaux missiles « invincibles » de l’armée russe développés en réaction aux projets de bouclier antimissile, sommant les Occidentaux d'« écouter » enfin la Russie.

Interrogé après avoir déposé son bulletin dans l'urne à Moscou, Poutine a assuré qu'il se satisferait de n'importe quel score du moment qu'il lui «donne le droit d'exercer la fonction de président».

Crédité de près de 70 % des intentions de vote, l’homme fort de la Russie, loué pour avoir ramené la stabilité après les années 1990 - au prix, selon ses détracteurs, d’un net recul des libertés - a peu de souci à se faire. A 65 ans, il devrait remporter un quatrième mandat le portant au pouvoir jusqu’en 2024, près d’un quart de siècle après avoir été désigné comme successeur par Boris Eltsine.

Les deux candidats suivants crédités de 7 % et 5 % des voix

Le candidat millionnaire du Parti communiste, Pavel Groudinine, est crédité de 7 % des voix et le troisième, l’ultranationaliste Vladimir Jirinovski, de 5 %, devant la journaliste libérale Ksénia Sobtchak (1-2 %), les quatre autres candidats se contentant de scores négligeables.

>> A lire aussi : Une bagarre éclate lors du débat présidentiel en Russie

Faute de suspense et vu les appels au boycott de l’opposant Alexeï Navalny, déclaré inéligible, le principal objectif du Kremlin pendant cette campagne atone aura été de convaincre les électeurs de se déplacer, notamment la « génération Poutine », ces jeunes qui votent pour la première fois et n’ont connu que Vladimir Poutine au pouvoir.

Le Kremlin a donc tout fait pour que la participation, seul véritable baromètre de ce scrutin, soit aussi forte que possible dimanche, menant une campagne massive d’information et d’incitation au vote, facilitant le vote hors du lieu de résidence mais aussi, selon des médias, en faisant pression sur les fonctionnaires ou les étudiants pour aller aux urnes.

« Les conséquences en politique étrangère pour la Russie seront plus sérieuses »

A l’étranger, Kiev a décidé de bloquer le vote des électeurs russes résidant en Ukraine pour protester contre la tenue de la présidentielle en Crimée, péninsule annexée par Moscou en 2014. Symboliquement, le scrutin se tient quatre ans jour pour jour après la ratification du rattachement de la Crimée, décidé à l’issue d’un référendum jugé illégal par Kiev et les Occidentaux.

Si l’empoisonnement en Grande-Bretagne de Sergueï Skripal et sa fille a peu de chance d’influer sur le vote des Russes, habitués aux accusations occidentales contre Moscou, il risque de donner le ton du prochain mandat de Vladimir Poutine - son dernier selon une Constitution qu’il a promis de ne pas toucher.

« Les conséquences en politique étrangère pour la Russie seront plus sérieuses » qu’à l’intérieur du pays, prévient Alexandre Baounov, expert du Centre Carnegie à Moscou. L’attaque « d’un citoyen européen sur le territoire européen fait revenir les craintes concernant la Russie. Ce n’est pas bon pour le Kremlin ».