Russie: L'ex-ministre de l'Economie condamné à huit ans de camp pour corruption

JUSTICE L’ancien ministre a annoncé son intention de faire appel...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ex-ministre de l'Economie russe Alexeï Oulioukaïev
L'ex-ministre de l'Economie russe Alexeï Oulioukaïev — MAXIM ZMEYEV / AFP

Alexeï Oulioukaïev, ancien ministre russe de l’Economie, a été condamné ce vendredi à huit ans de camp à régime sévère pour corruption. Le plus haut responsable russe condamné pour corruption en 18 ans de pouvoir de Vladimir Poutine, a également reçu une amende de 130 millions de roubles (environ 1,9 million d’euros).

L’ancien ministre, qui a annoncé son intention de faire appel, a été reconnu coupable «d'avoir reçu un pot-de-vin alors qu'il exerçait une fonction officielle», a déclaré la juge Larissa Semionova lors de l’énoncé du verdict.

Un pot-de-vin reçu pendant qu’il était en fonction

Le Parquet avait requis dix ans de camp à régime sévère et une amende de 500 millions de roubles (environ 7 millions d’euros).

>> A lire aussi : Serguei Bubka aurait versé de l'argent à un dirigeant russe suspendu pour corruption

Ministre de l’Economie de 2013 à 2016, Alexeï Oulioukaïev, 61 ans, est accusé d’avoir tenté d’extorquer un pot-de-vin de deux millions de dollars à Igor Setchine, puissant patron du géant pétrolier Rosneft et proche du président Vladimir Poutine, en échange d’une autorisation pour la vente à Rosneft de la part de l’Etat dans le producteur pétrolier Bachneft.

Un procès aux accusations « absurdes »

Alexeï Oulioukaïev, qui a accueilli avec un visage impassible l’annonce du tribunal, a déclaré que sa condamnation était « injuste ». Avant l’énoncé de la sentence, il avait dit espérer une décision « juste » du tribunal, après avoir dénoncé à plusieurs reprises un procès aux accusations « absurdes » et relevant d’une « provocation monstrueuse et cruelle ».

Il avait également estimé lors d’une audience précédente qu’une condamnation à une longue peine de camp à régime sévère, où les conditions sont plus rigoureuses que dans les camps à régime ordinaire, équivaudrait à « une condamnation à mort ».

« Mais l’Histoire m’acquittera », avait-il lancé.