Russie: Quand l’armée utilise des images de jeux vidéo comme preuves «irréfutables» d’un complot américain

DAESH Les images en cause ont rapidement été supprimées par l’armée russe, qui a ensuite reconnu qu’il s’agissait d’une « erreur » de la part d’un employé civil…

20 Minutes avec AFP

— 

Le porte-avions de la Marine russe l'Amiral Kouznetsov qui fait route vers la Syrie.
Le porte-avions de la Marine russe l'Amiral Kouznetsov qui fait route vers la Syrie. — CHRISTOS AVRAAMIDES / PIO / AFP

Ces images étaient censées être des preuves « irréfutables ». L’armée russe a publié ce mardi des photos prouvant que les Etats-Unis « couvrent » l'organisation de l'Etat islamique. Sur ses comptes officiels sur Twitter et Facebook et un communiqué reçu par l’AFP, le ministère de la Défense a publié des images aériennes en noir et blanc prises selon lui le 9 novembre à la frontière irako-syrienne.

Elles fournissent « la confirmation irréfutable que les Etats-Unis, tout en simulant pour la communauté internationale une lutte implacable contre le terrorisme, assurent une couverture à des unités de l'organisation de l’Etat islamique », explique le ministère dans son communiqué. Seulement voilà, des activistes et des utilisateurs de réseaux sociaux ont rapidement dénoncé cette supercherie, expliquant qu’il s’agissait d’une vulgaire capture d’écran d’un jeu vidéo.

Une « erreur » d’un employé civil

L’ONG Conflict Intelligence Team (CIT) a identifié l’une de ces images, elle proviendrait du jeu vidéo de guerre AC-130 Gunship Simulator : Special Ops Squadron. Selon CIT, d’autres images proviennent de vidéos diffusées par le ministre irakien de l’Intérieur en 2016, montrant des bombardements de djihadistes par son aviation.

Les images en cause ont rapidement été supprimées par l’armée russe, qui a ensuite assuré à l’agence publique RIA-Novosti qu’il s’agissait d’une « erreur » de la part d’un employé civil. L’armée américaine s’est amusée de l’incident, en démentant catégoriquement les accusations de Moscou. « Les communiqués du ministère russe de la Défense sont à peu près aussi exacts que leurs frappes aériennes », a déclaré le porte-parole de la coalition internationale anti-djihadiste dirigée par les Etats-Unis, le colonel Ryan Dillon.

>> A lire aussi : Frappes américaines en Syrie, les fausses informations des réseaux sociaux

En juin, plusieurs médias avaient affirmé que Vladimir Poutine avait montré à Oliver Stone, lors d’entretiens avec le réalisateur américain, une vidéo présentée comme l’aviation russe bombardant la Syrie alors qu’il s’agissait de frappes américaines en Afghanistan datant de 2013. Le Kremlin avait démenti.