Audition de James Comey: Donald Trump dément les accusations explosives de l'ex-directeur du FBI

LIVE Revivez la folle journée à Washington...

Philippe Berry

— 

L'ancien directeur du FBI James Comey devant le Congrès américain, le 8 juin 2017.
L'ancien directeur du FBI James Comey devant le Congrès américain, le 8 juin 2017. — AFP

>> La vidéo en direct (d'autres liens ici et )

L’ESSENTIEL

  • Certaines de ses déclarations écrites ont été publiées hier.
  • Il ne devrait pas révéler de secrets sur l’enquête russe mais se concentrer sur ses interactions avec Donald Trump.
  • Il accuse le président de lui avoir demandé de « laisser tomber » l’enquête sur son ex-conseiller Michael Flynn et d’avoir réclamé un serment d’allégeance.

A LIRE AUSSI

James Comey vs Donald Trump, le duel politique de l’année

Déclaration de Comey : Trois mauvaises et une bonne nouvelle pour Trump

Ekomania

«Si Trump était amené à être destitué, que se passerait-il ? Nouvelles élections ou le vice-Président finit le mandat jusqu'en 2020 ?»

@Ekomania: ça dépend. Si c'est pour obstruction à la justice, Pence finirait vraisemblablement son mandat. Si le procureur concluait qu'il y avait eu collusion à haut niveau avec la Russie (pour être clair, pour l'instant, il n'y a pas de preuve en ce sens), alors ce serait la grande inconnue.

22h00: Ce live est terminé

Merci à tous de nous avoir suivis. Clairement, l'affaire n'est pas terminée, pour l'instant l'avocat de Trump dément et c'est parole contre parole. A voir si le procureur Mueller décide de convoquer le président américain pour une déposition sous serment pour lui poser des questions centrales afin de déterminer s'il y a eu obstruction. To be continued...

21h45: Des réactions très partisanes pour l'instant

Sans surprise, les élus républicains comme le sénateur Jon Cornyn, estiment «qu'il n'y a pas de preuve d'obstruction à la justice». Les démocrates, eux, comme Martin Heinrich, se disent «troublés» et veulent que le procureur Mueller «fasse toute la lumière» sur l'affaire.

21h00: La synthèse de l'audition à lire ici

Trump touché mais pas coulé.

20h15: Donald Trump nie avoir demandé à Comey de laisser tomber l'enquête sur Flynn et d'avoir demandé un serment de loyauté

Le président a réagi via une déclaration écrite de son avocat:

«Le président n'a jamais ordonné ou suggéré que Mr Comey arrête d'enquêter sur [...] Michael Flynn» et «le président n'a jamais dit sous cette forme ou en substance ''J'ai besoin de loyauté, j'attends de la loyauté"».

A ce stade, c'est parole contre parole. Sauf que James Comey était sous serment, que c'est un ancient agent/patron du FBI, et qu'il a pris des notes dans les secondes qui ont suivi son entretien. Selon toute vraisemblance, le procureur Bob Mueller devrait, à un moment ou à un autre, effectuer une déposition de Donald Trump sous serment et lui poser ces deux questions majeures.

19h50: L'avocat se fait désirer

Il doit intervenir dans les 5 minutes, selon Fox News.

19h05: On attend la déclaration de l'avocat de Donald Trump

Cela devrait tomber dans la demi-heure.

18h45: Donald Trump n'a pas tweeté pendant l'audition

Sans doute une bonne décision pour lui.

18h40 : C’est terminé

Après un peu plus de 2h30. On n’a pas appris grand-chose de plus que dans sa déclation écrite, mais on a quand même entendu :

- l’ex-directeur du FBI accuser le président des Etats-Unis de lui avoir demandé de « laisser tomber » l’enquête sur Michael Flynn

- de lui avoir demandé un serment d’allégeance

- d’avoir demandé à tout le monde de quitter la pièce avant de faire sa requête

- accuser l’administration Trump de « mensonges » et de « diffamation »

- répondre qu’il a été limogé, selon lui, « pour changer la façon dont l’enquête sur la Russie était menée».

Désormais, c’est le procureur Bob Mueller qui va devoir déterminer si l’attitude de Donald Trump s’apparente à de l’obstruction judiciaire. Les républicains plaident «l’ignorance du protocole» d’un président américain qui venait de prendre ses fonctions, les démocrates répondent qu’il s’avait très bien ce qu’il faisait. To be continued…

18h40: On ne comprend rien aux questions de McCain

Il se mélange dans les noms, passe du coq à l'âne. A 80 ans, il va peut-être falloir songer à la retraite.

18h30 : Comey estime qu'il a été limogé pour « changer la nature de l’enquête sur la Russie »

Encore un scud envoyé à Trump, Comey dit qu’il ne « croit pas » à l’explication officielle de la Maison Blanche (qu’il a été limogé pour sa gestion de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton). Selon lui, il a été écarté « notamment pour changer la nature de l’enquête sur la Russie ». Là encore, cela va être le travail du procureur de déterminer l’intention de Donald Trump. Et les propos du président, qui a indiqué dans une interview à NBC qu’il « allait limoger Comey de toute façon » notamment à cause « de cette histoire russe », pourraient bien peser dans la balance.

18h20: Au coeur des débats, deux mots: «J'espère»

C'est une sénatrice démocrate qui revient à la charge. Elle explique qu'elle est une ancienne procureure, et que «quand un gangster pointe une arme sur la tempe d'une victime et dit ''J'espère que vous pourrez me donner votre portefeuille''», et bien le mot «j'espère» est un ordre. Si on suit sa métaphore, Donald Trump avait son doigt sur la gachette et a fait pression sur Comey en disant ''J'espère que vous pourrez laisser tomber", puis a appuyé sur la détente en le limogeant.

18h15: Comey ne «peut pas» répondre aux questions sur l'enquête sur la Russie

Pas de surprise ici, c'est classifié, l'enquête est en cours, c'est le job du procureur Mueller de faire toute la lumière.

18h10: Comey invite Trump à publier les enregistrements de leurs conversations (s'il y en a)

«Release the tapes». La balle est dans le camp de Donald Trump.

 

18h05: Comey refuse encore de dire s'il y a eu obstruction à la justice de la part du président

«Je ne sais pas, c'est à Bob Mueller de répondre à cette question».

18h00: L'avocat de Donald Trump va faire une déclaration télévisée

 

17h55: Paul Ryan plaide l'ignorance de Trump

C'est la ligne de défense des républicains: Trump ne savait pas que c'était problématique de demander à Comey de laisser tomber l'enquête sur Flynn, explique le Speaker républicain de la Chambre. Aka, il n'avait pas d'intention «corrompue» en faisant cette requête, donc il n'y a pas d'obstruction judiciaire. C'est le procureur spécial Bob Mueller qui sera chargé de trancher ce point central.

 

17h50: Comey ne «peut pas parler» de la banque russe VEB

Point technique mais intéressant, Comey refuse de parler de la banque russe VEB car il y a des infos classifiées. Jared Kushner, le gendre de Trump, a rencontré le président de la banque, un proche de Poutine, et il a oublié de déclarer cette rencontre dans sa paperasse pour devenir conseiller à la Maison Blanche.

17h45: Comey a dû annuler une date night avec sa femme pour dîner avec Trump

Détail qu'on retrouvera sans doute dans un futur film, Comey répète que c'est Donald Trump qui l'a invité à dîner (Trump dit l'inverse). Comey raconte en détail l'appel du président, et explique qu'il a dû annuler une date night avec sa femme pour dîner avec le président américain. «Avec le recul, j'aurais préféré sauter ce dîner et être avec ma femme». Rires dans l'assemblée.

17h40: «Pourquoi a-t-il demandé à tout le monde de quitter la pièce?»

Le diable est dans les détails, Comey sous-entend que Donald Trump savait que sa requête (de laisser tomber l'enquête sur Flynn) était plus que borderline. «Pourquoi a-t-il demandé à tout le monde de quitter la pièce? C'est un élément important», note Comey, qui caractérise ici l'intention et le contexte, deux points critiques pour déterminer si un élu a agi «de manière corrompue» dans le cadre d'une affaire d'obstruction à la justice.

17h30: Comey a fait fuiter son mémo dans la presse en espérant que cela conduise à la nomination d'un procureur spécial

Wow, on sait d'où vient la fuite principale, de Comey lui-même: il explique qu'après avoir vu le tweet de Donald Trump sur l'existence possible d'un «enregistrement», il a demandé à un bon ami professeur de droit à l'université Columbia de partager le contenu d'un mémo (sur la requête de Trump de laisser tomber l'enquête sur Flynn), en espérant que cela conduise à la nomination d'un procureur spécial. Et c'est exactement ce qui s'est passé.

 

17h25: Donald Trump Jr défend son père sur Twitter

Tout le débat, c'est l'expression «J'espère que vous pourrez laisser tomber» l'enquête sur Flynn. Comey explique qu'il l'a perçu comme un ordre, car cela venait de l'autorité suprême. Mais Donald Trump Jr explique en substance, que si son père avait donné un ordre, il aurait été beaucoup plus direct.

 

17h20: Quelqu'un trolle sur Wikipédia

Et a ajouté «Donald Trump» à la page impeachment.

 

17h20: Scud envoyé au ministre de la Justice

Jeff Session s'est récusé de l'enquête sur la Russie, et Comey indique qu'il y a des «faits» classifiés dont il ne peut pas parler dans une audition publique, qui explique pourquoi l'implication de Session dans l'enquête sur la Russie aurait été «problématique».

17h10: Les républicains font répéter à Comey que Donald Trump n'était pas personnellement visé par l'enquête sur la Russie

C'est leur argument numéro 1: Circulez, il n'y a rien à voir. Sauf que Comey apporte deux précisions importantes: Trump n'était pas visé «au moment où j'étais directeur du FBI», et «nous enquêtions sur sa campagne, et cela peut aller tout en haut, jusqu'à son directeur». En clair, il n'était pas visé à ce stade, mais les choses auraient pu changer, et c'est pour cette raison que Comey n'a pas voulu le dire publiquement.

17h00 : « Seigneur, j’espère qu’il y a un enregistrement »

C’est la citation reprise partout sur Twitter, Comey, qui lâche : « J’ai vu son tweet à propos d’un enregistrement. Seigneur, j’espère qu’il y a un enregistrement ! ». Il fait référence à un tweet de Trump qui avait lancé. « Avant de commencer à balancer des fuites, Comey ferait mieux d’espérer qu’il n’y a pas d’enregistrement de nos conversations ».

 

16h50: Comey estime que Donald Trump «voulait quelque chose en échange» pour le confirmer à la tête du FBI

Là encore, c'est important car dans une affaire d'obstruction à la justice, le coupable doit agir "de manière corrompue", c'est à dire qu'il doit être conscient qu'il fait quelque chose de mal. La logique des démocrates qui veulent faire tomber Trump c'est:

- Trump a demandé qu'on le laisse seul avec Comey (aka il savait qu'il allait demander quelque chose d'illégal)

- Puis il lui a demandé de laisser tomber l'enquête et de lui prêter allégeance.

- Comey a refusé.

- Trump l'a viré.

 

16h45: Donald Trump pour l'instant muet sur Twitter

Allez, on attend un petit tweet.

16h40: Comey a documenté ses conversations avec Trump car il craignait «que le président mente»

Comey explique qu'après chaque tête à tête avec Trump, il a immédiatement retranscris chaque conversation sur un ordinateur portable car il craignait "que le président mente" sur la nature de leurs conversations.

 

16h35: Frank Underwood is watching

Le CM de Netflix s'amuse bien.

 

16h30: Comey accuse l'administration Trump de «diffamation» et de «mensonges»

Sur les raisons de son licenciement, la Maison Blanche a dit que le FBI était «sans dessus-dessous» et que Comey ne faisait pas un bon travail et était contesté par les agents. «Those were lies, plain and simple» («c'était des mensonges, purement et simplement»).

16h30: Comey accuse l'administration Trump de «diffamation» et de «mensonges»

Sur les raisons de son licenciement, la Maison Blanche a dit que le FBI était «sans dessus-dessous» et que Comey ne faisait pas un bon travail et était contesté par les agents. «Those were lies, plain and simple» («c'était des mensonges, purement et simplement»).

16h30: Comey est «certain» que le procureur enquête sur Donald Trump pour «obstruction à la justice»

Propos explosifs, si Comey ne se prononce pas sur la question, il se dit «certain» que Robert Mueller, le procureur spécial chargé de faire la lumière sur la Russie, enquête également pour déterminer si Donald Trump s'est rendu coupable «d'obstruction à la justice». C'est critique car Mueller a le pouvoir de questionner Donald Trump sous serment.

16h25: Comey laisse au procureur le soin de décider si Donald Trump s'est rendu coupable d'obstruction

Il juge le comportement de Donald Trump «troublant» mais laisse le soin au procureur spécial (Mueller) de décider si le président s'est rendu coupable d'obstruction.

 

16h20: Comey «troublé» par son premier tête à tête avec Donald Trump

Le président lui a demandé s'il voulait «garder son job», et Comey avait déjà répété plusieurs fois qu'il comptait continuer (nommé pour 10 ans par Obama en 2013). En clair, il sous-entend que Trump a fait pression sur lui avec une sorte de marchandage, si tu veux garder ton poste alors je veux que tu me promettes ta loyauté.

16h20: Comey prête serment

 

16h15: Le vice-président de la commission (un démocrate) égrène tous les points problématiques de l'affaire

De nombreux proches de Trump ont eu des contacts répétés et non dévoilés avec des officiels russes.

Donald Trump a demandé un serment d'allégeance à son directeur du FBI (qui enquêtait sur sa campagne).

Donald Trump a demandé à Comey d'arrêter d'enquêter sur le conseiller Michael Flynn.

James Comey a refusé.

Deux mois plus tard, il était viré.

On sent clairement que Mark Warner tisse la toile d'un possible cas d'obstruction à la justice. Mais il faudra encore convaincre un Congrès contrôlé par les républicains, ce qui est à ce stade, très très improbable.

16h10: Il y a du monde dans les pubs de D.C.

Ce bar offre des coups gratuits à chaque tweet de Trump pendant l'audition.

 

16h05: Ca devrait durer environ 2h00

On va plus entendre les sénateurs que Comey.

16h05: Le président de la commision (un républicain) commence

On sent déjà le ton: «Votre déclaration fournit le contexte de votre compréhension des événements». AKA, C'est votre version des faits, mais il y a de la place pour l'interprétation, commence le patron de la commission, le républicain Richard Burr.

 

16h00: C'est parti!

All eyes on Comey.

 

15h45: Certains font la queue depuis 4h00 du matin

On se croirait au lancement d'un iPhone devant un Apple store.

 

15h15: H-45 min

Bonjour à tous, il est 6h15 en Californie, les yeux piquent un peu, ça ira mieux après un café. La grande question: James Comey a-t-il gardé des révélations sous le coude, ou a-t-il déjà tout dit dans sa déclaration écrite. Selon le New York Times, Donald Trump sera en tout cas devant sa télé, mais entouré de son équipe légale, qu'il devrait sans doute consulter avant de tweeter à tout va.

En attendant pour ceux qui ont raté l'épisode d'hier, voici un récap en vidéo:

 

C’est le Super Bowl de la politique. Jamais depuis l’ère Nixon une audition au Congrès n’avait été autant attendue et commentée. CNN a un compte à rebours depuis deux jours. Toutes les chaînes américaines vont diffuser le témoignage de l’ex-directeur du FBI, limogé le mois dernier par Donald Trump. James Comey a des choses à dire et il a déjà commencé dans une déclaration écrite de sept pages. Il confirme notamment :

  • Que Donald Trump lui a demandé de « laisser tomber » l’enquête sur les liens entre son ex-conseiller Michael Flynn et Moscou.
  • Que le président américain lui a demandé un serment d'allégeance, avec ces mots : « J’ai besoin de loyauté, j’attends de la loyauté. »
  • Qu’il a confirmé à trois reprises à Donald Trump qu’il n’était pas directement visé par l’enquête du FBI sur une possible coordination entre sa campagne et la Russie.

Mercredi soir, les républicains cherchaient déjà à minimiser les propos de James Comey, soulignant le dernier point sur l’enquête. Les démocrates, eux, crient de plus en plus à « l’obstruction of justice », un délit passible de destitution. On en est pour l’instant très loin, mais le témoignage de Comey pourrait changer la donne. Rendez-vous sur 20 Minutes pour suivre l’événement et toutes les réactions.