Attentat de Saint-Pétersbourg: Trois suspects mis en examen pour «terrorisme»

RUSSIE Huit autres complices présumés, tous originaires de pays d’Asie centrale, ont été arrêtés à Moscou et à Saint-Pétersbourg dans les jours qui ont suivi l’attaque…

Clémence Apetogbor

— 

Des policiers dans le métro de Saint-Pétersbourg au lendemain de l'attentat qui a fait 15 mort le 3 avril 2017
Des policiers dans le métro de Saint-Pétersbourg au lendemain de l'attentat qui a fait 15 mort le 3 avril 2017 — KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Trois des suspects arrêtés après l’attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg ont été mis en examen ce jeudi pour « acte terroriste », a indiqué le Comité d’enquête russe. Au total, dix personnes avaient été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur cet attentat suicide qui a fait 15 morts le 3 avril, rappelle le comité dans un communiqué.

Les services de sécurité (FSB) ont également annoncé avoir arrêté jeudi un ressortissant d’Asie centrale à Moscou, soupçonné d’être impliqué dans le trafic d’explosifs et d’être lié à l’attentat dans la deuxième ville de Russie.

Il s’agit de la onzième personne arrêtée dans le cadre de l’enquête sur cet attentat suicide.

D’autres suspects mis en examen prochainement

« Trois d’entre eux, Bakhram Ergachev, Ibraguimjon Ermatov et Makhamadioussouf Mirzaalimov, ont été inculpés pour acte terroriste et (…) possession illégale d’explosifs ou d’engins explosifs », précise le communiqué.

Les autres suspects « seront également inculpés prochainement », selon la même source.

>> A lire aussi : Parcours, mobile, origine... On en sait plus sur Akbarjon Djalilov le kamikaze du métro

« Une enquête méticuleuse sur toutes les circonstances de l’attentat se poursuit », assure le comité.

L’auteur présumé de l’attaque du 3 avril, Akbarjon Djalilov, un jeune homme de 22 ans originaire du Kirghizstan, ex-république soviétique d’Asie centrale, aux motivations floues, a également été tué dans l’attentat.

Huit autres complices présumés arrêtés

Un des organisateurs présumés, Abror Azimov, lui aussi originaire du Kirghizstan, et son frère Akram, ont été arrêtés fin avril près de Moscou en possession d’armes et incarcérés jusqu’au 3 juin.

>> A lire aussi : «Les Russes possèdent une plus grande capacité à encaisser les attentats que les Européens»

Huit autres complices présumés, tous originaires de pays d’Asie centrale, ont été arrêtés à Moscou et à Saint-Pétersbourg dans les jours qui ont suivi l’attaque et placés en détention.

L’attentat le 3 avril dans le métro de la deuxième ville de Russie a fait 15 morts et des dizaines de blessés. Il a été revendiqué fin avril par un groupe peu connu, le « Bataillon de l’imam Chamil », lié à Al Qaida, selon SITE, un centre américain de surveillance des sites internet djihadistes.