Moscou accuse «Erdogan et sa famille» d'être impliqués dans le trafic de pétrole de Daesh

TURQUIE Depuis qu'un avion russe a été abattu par l'armée turque, le ton monte entre le Kremlin et Ankara...

L.C. avec AFP

— 

Recep Tayyik Erdogan, le 30 novembre 2015 à la COP21, la conférence mondiale pour le climat au Bourget.
Recep Tayyik Erdogan, le 30 novembre 2015 à la COP21, la conférence mondiale pour le climat au Bourget. — Francois Mori/AP/SIPA

La tension monte encore d’un cran entre la Moscou et Ankara. Après que Vladimir Poutine a accusé lundi la Turquie de protéger le trafic de pétrole de l’organisation terroriste Etat islamique, le vice-ministre russe de la Défense s’en est directement pris au président turc ce mercredi.

>> INFOGRAPHIE. Le pétrole de Daesh passe-t-il vraiment par la Turquie ?

« Quelle merveilleuse entreprise familiale ! »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et sa famille sont directement « impliqués » dans le trafic de pétrole avec Daesh, a dénoncé Anatoli Antonov. « Le principal consommateur de ce pétrole volé à ses propriétaires légitimes, la Syrie et l’Irak, s’avère être la Turquie. D’après les informations obtenues, la classe dirigeante politique, dont le président Erdogan et sa famille, est impliquée dans ce commerce illégal », a-t-il déclaré devant plus de 300 journalistes, ajoutant que « le cynisme du gouvernement turc est sans limite ».

Le vice-ministre russe de la Défense affirme que le fils du président turc dirige l'une des principales compagnies énergétiques du pays. Le gendre d'Erdogan, Berat Albayrak, 37 ans, a longtemps dirigé le groupe Calik Holding, spécialisé dans l'énergie, avant d'être nommé ministre de l'Energie le 24 novembre dernier. L'un des fils d'Erdogan, Bilal, est à la tête d'un groupe de travaux publics et de transport maritime.« Quelle merveilleuse entreprise familiale ! », a commenté Anatoli Antonov.

Embargo russe

Le président turc a mis en garde la Russie contre les « calomnies ». « Personne n'a le droit de propager des calomnies sur les achats de pétrole par la Turquie à Daech (acronomye arabe de l'EI) », a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Doha (Qatar) retransmis à la télvision turque. «Si ces accusations continuent, nous prendrons nous-mêmes des mesures», a-t-il menacé.

Les échanges entre la Russie et la Turquie se sont tendus après qu’un avion militaire russe a été abattu le 24 novembre dernier par l’armée turque près de la frontière syrienne. Moscou a notamment mis en place un embargo économique sur les fruits et légumes turcs.