Avion russe abattu: Poutine accuse la Turquie de protéger le trafic de pétrole de Daesh

ARMÉES Les relations entre Moscou et Ankara sont glaciales depuis qu'un bombardier russe a été abattu le 24 novembre...

20 Minutes avec AFP

— 

Vladimir Poutine le 26 novembre 2015 à Moscou.
Vladimir Poutine le 26 novembre 2015 à Moscou. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Les relations entre Moscou et Ankara ne vont pas aller en s’améliorant. Le président russe Vladimir Poutine a estimé ce lundi que la Turquie avait décidé d’abattre un bombardier russe pour protéger le trafic de pétrole de l’organisation terroriste Etat islamique.

Du pétrole acheminé « massivement, de manière industrielle, vers la Turquie »

« Nous avons toutes les raisons de penser que la décision d’abattre notre avion a été dictée par la volonté de protéger ces chemins d’acheminement de pétrole vers le territoire turc », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une conférence de presse, en marge de la COP21 au Bourget.

« Nous avons reçu des informations complémentaires qui confirment malheureusement que ce pétrole, produit dans les endroits contrôlés par l’Etat islamique et d’autres organisations terroristes, est acheminé massivement, de manière industrielle, vers la Turquie », a-t-il poursuivi.

Poutine a refusé de rencontrer Erdogan au Bourget

Le président russe a refusé de rencontrer son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en marge de cette conférence, malgré l’insistance du président turc. 

Selon le Kremlin, la plupart de ses interlocuteurs en marge de la COP21 ont été d'accord sur le fait qu'il n'était «pas nécessaire» pour les autorités turques d'abattre l'avion russe, qui «ne menaçait pas la Turquie».

>> A lire aussi : Ambiance toujours glaciale entre la Russie et la Turquie

Le 24 novembre dernier, un avion russe a été abattu par l’armée turque à la frontière turco-syrienne. Ankara affirme qu’il était entré dans son espace aérien et qu’il avait été averti « dix fois en cinq minutes » avant que l’armée n’ouvre le feu. La Russie assure de son côté que son appareil survolait le territoire syrien et qu’il n’a jamais été mis en garde avant d’être touché.