Frappes russes en Syrie: Seules 5% cibleraient Daesh, affirme la Grande-Bretagne

MONDE La majorité des raids russes «tuent des civils» et visent l'opposition syrienne, selon le ministre de la Défense britannique...

M.C. avec AFP

— 

La ville de Tabiseh, dans le nord-ouest de la Syrie, après un raid aérien, le 30 septembre 2015.
La ville de Tabiseh, dans le nord-ouest de la Syrie, après un raid aérien, le 30 septembre 2015. — AP/SIPA

La majorité des raids de Moscou auraient en fait «tué des civils», selon le ministre britannique de la Défense. Michael Fallon affirme au quotidien The Sun que seule une frappe sur 20 de l'armée de l'air russe en Syrie cible réellement les combattants de Daesh, visant surtout l'opposition modérée au régime du président Bachar al-Assad.

>> A lire aussi: Les doutes sur les frappes aériennes visant Daesh sont «infondées», assurent les Russes

Pour Michael Fallon, l'intervention russe a davantage «compliqué» la situation. «Nous analysons où les frappes tombent chaque matin. La grande majorité ne sont pas du tout contre l'EI», ajoute-t-il. «Nos éléments indiquent qu'ils lâchent des munitions non guidées sur des secteurs fréquentés par des civils, tuant des civils, et qu'ils lâchent ces munitions contre les forces de l'Armée syrienne libre qui combat Assad.» Selon lui, la Russie «appuie Assad et perpétue les souffrances».

>> A lire aussi: «C'est Daesh qu'il faut viser et pas d'autres», déclare François Hollande

Il est «moralement erroné» de ne pas frapper Daesh en Syrie

Le ministre a par ailleurs indiqué que le gouvernement allait plaider pour une extension de la participation de la Grande-Bretagne à la campagne aérienne contre l'EI, jugeant «moralement erroné» de ne pas frapper l'organisation en Syrie. Londres bombarde pour l'instant uniquement des positions de l'EI en Irak. Selon Michael Fallon, frapper l'EI permet de se prémunir de la menace d'attentats sur le sol britannique et «nous ne pouvons pas laisser cela à l'aviation française, australienne et américaine.»

Barack Obama a jugé vendredi, au troisième jour des frappes russes en Syrie, que l'approche actuelle de Moscou, qui revient à considérer que les opposants au régime sont «tous des terroristes», était synonyme de «catastrophe assurée».