Royaume-Uni : Le salaire minimum va être revalorisé à compter d’avril 2024

TRAVAIL Le ministre britannique des Finances doit annoncer ce lundi le passage du salaire minimum de 10,42 à 11 livres sterling de l’heure (+5,6 %)

20 Minutes avec AFP
Le salaire minimum britannique va être revalorisé (illustration).
Le salaire minimum britannique va être revalorisé (illustration). — ALLILI MOURAD

C’est une augmentation qui va tout juste dépasser les 5 %. Au Royaume-Uni, le salaire minimum sera relevé à compter d’avril 2024 pour atteindre au moins 11 livres sterling de l’heure (12,67 euros), doit annoncer ce lundi le ministre britannique des Finances Jeremy Hunt au congrès du parti Conservateur.

« Le travail doit payer et nous nous assurons que ce soit le cas », doit faire valoir le ministre, selon des extraits de son discours communiqués dimanche par le parti en amont de sa prise de parole. « C’est la façon dont le parti Conservateur améliore la vie des travailleurs », a-t-il ajouté.

Les conservateurs veulent enrayer la baisse dans les sondages

A la traîne dans les sondages alors que les prochaines élections législatives sont attendues d’ici janvier 2025, les conservateurs multiplient les annonces à l’occasion du congrès annuel du parti qui a débuté dimanche à Manchester.

« Nous avons promis (…) d’augmenter le salaire minimum (national living wage) aux deux tiers du salaire médian pour mettre fin aux bas salaires dans le pays », doit rappeler Jeremy Hunt. Actuellement le salaire mininum horaire est fixé à 10,42 livres sterling (douze euros), et selon le gouvernement, deux millions de personnes seront concernées par cette revalorisation.

Jeremy Hunt doit également annoncer une réforme du système d’aides sociales afin notamment d’inciter les personnes sans emploi à revenir sur le marché du travail. « Au moment où les entreprises ont des difficultés à trouver de la main-d’œuvre, environ 100.000 personnes quittent le marché du travail chaque année, vivant des aides sociales », doit-il expliquer, annonçant révision du régime de sanctions. « Ceux qui ne cherchent même pas un emploi ne méritent pas les mêmes aides sociales que ceux qui essayent vraiment d’agir correctement », doit-il insister.