20 Minutes : Actualités et infos en direct
accidentUn mort dans le crash d’un aéronef militaire américain au Japon

Japon : Un mort dans le crash d’un aéronef militaire américain avec six personnes à bord

accidentUn Osprey de l’armée américaine s’est abîmé en mer mercredi avec six personnes à bord et un décès est confirmé pour l’heure
Un avion militaire américain CV-22 Osprey décolle de la base d'Iwakuni, dans la préfecture de Yamaguchi, dans l'ouest du Japon, le 4 juillet 2018 (image d'illustration).
Un avion militaire américain CV-22 Osprey décolle de la base d'Iwakuni, dans la préfecture de Yamaguchi, dans l'ouest du Japon, le 4 juillet 2018 (image d'illustration). - /AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Un décès est confirmé après le crash d’un aéronef américain au Japon mercredi. Un appareil de transport aérien Osprey de l’armée américaine s’est abîmé en mer mercredi dans le sud du Japon avec six personnes à bord. Les garde-côtes nippons avaient initialement annoncé que l’équipage de l’appareil comptait huit personnes, avant de réviser ce nombre à la baisse. L’une d’entre elles a été retrouvée en mer inconsciente et en arrêt cardiorespiratoire, et son décès a été confirmé après son transfert à un hôpital au Japon, selon la même source.

Les Forces japonaises d’autodéfense, les garde-côtes et des pêcheurs locaux participent aux opérations de recherches. Le responsable d’une association locale de pêche a déclaré à l’AFP que les pêcheurs avaient retrouvé trois personnes en mer, sans toutefois être en mesure de donner de détails sur leur état de santé.

« Sauver des vies »

« Nous avons reçu une information aujourd’hui à 14h47 selon laquelle un Osprey de l’armée américaine s’est écrasé près de l’île de Yakushima », a déclaré une porte-parole des garde-côtes interrogée par l’AFP. « La police a reçu un signalement selon lequel un Osprey crachait des flammes depuis son moteur gauche » et perdait beaucoup d’altitude près de l’île de Yakushima, a aussi expliqué à l’AFP un responsable de la gestion des urgences dans le département de Kagoshima, dont Yakushima fait partie.

« Le gouvernement est en train de confirmer » l’ampleur du drame, avec l’objectif prioritaire de « sauver des vies », a déclaré le porte-parole du gouvernement japonais Hirokazu Matsuno. Selon la chaîne de télévision publique japonaise NHK, cet appareil, mi-avion, mi-hélicoptère était parti de la base aéronavale américaine d’Iwakuni, près de Hiroshima (ouest du Japon) pour se rendre sur une autre base militaire américaine à Okiwana, à la pointe sud-ouest de l’archipel nippon.

Toujours selon la NHK, il s’agissait plus précisément d’un Osprey CV-22 appartenant à une autre base aérienne américaine au Japon, celle de Yokota (près de Tokyo). Issu d’une coopération entre l’avionneur américain Boeing et le spécialiste des hélicoptères Bell, l’Osprey est doté de rotors basculants lui permettant de décoller et atterrir verticalement, et de voler comme un avion.

Une fiabilité qui fait débat

La fiabilité de cet engin hybride fait cependant débat depuis longtemps en raison de nombreux accidents mortels. Fin août, trois Marines américains avaient été tués dans l’accident d’un Osprey dans le nord de l’Australie alors qu’il participait à des manœuvres militaires conjointes américano-australiennes. En 2022, quatre Marines américains avaient aussi perdu la vie en Norvège lorsque leur Osprey s’était écrasé lors d’exercices de l’Otan.

Un engin du même type de l’armée américaine s’était également abîmé en mer en 2017 après avoir heurté l’arrière d’un navire dans le cadre d’exercices militaires américano-australiens, faisant trois morts. Et en avril 2000, 19 Marines avaient été tués lorsqu’un Osprey s’était écrasé en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis).

L’armée américaine compte quelque 54.000 soldats au Japon, dont une majorité sont basés dans l’archipel méridional d’Okinawa. Des incidents et accidents impliquant des aéronefs de l’armée américaine au Japon se sont déjà produits par le passé, y compris concernant des Osprey, qui à cause de leurs problèmes de sécurité récurrents sont vus d’un mauvais œil par la population japonaise, et en particulier à Okinawa.

Sujets liés