20 Minutes : Actualités et infos en direct
Récap'Gaza au bord de « l’effondrement total » au 61e jour du conflit

Guerre Hamas-Israël : Khan Younès désertée, Gaza au bord de « l’effondrement total »

Récap'« 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur le conflit qui s’est déclaré au Proche-Orient
Les Palestiniens fuient l'offensive terrestre israélienne à Khan Younis, dans la bande de Gaza, mercredi 6 décembre 2023.
Les Palestiniens fuient l'offensive terrestre israélienne à Khan Younis, dans la bande de Gaza, mercredi 6 décembre 2023. - Mohammed Dahman/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

L'essentiel

  • La guerre entre Israël et le Hamas a été déclenchée par l’attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien, le 7 octobre, sur le sol israélien, à partir de la bande de Gaza.
  • En représailles, Israël a juré « d’anéantir » le Hamas, pilonnant sans relâche le territoire assiégé où s’entassent 2,4 millions de Palestiniens et lançant une opération terrestre le 27 octobre.
  • Ce mercredi, le secrétaire général de l’ONU a dit craindre « un effondrement total de l’ordre public » à Gaza, théâtre de combats des plus violents depuis le début de la guerre.

Pour mieux comprendre les derniers événements sur le conflit entre le mouvement islamiste palestinien du Hamas et Israël, 20 Minutes fait le point tous les soirs. Entre les déclarations fortes, les avancées diplomatiques ou le dramatique bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

Le fait du jour

À la nuit tombante, d’épais nuages de fumée noire et des flammes s’élèvent de Gaza. L’armée israélienne a mené de nouvelles frappes meurtrières mercredi sur la ville assiégée de Khan Younès, dans le sud de l’enclave palestinienne, où habitants et déplacés tentent de s’abriter des bombardements. Les combats sont parmi les plus violents en deux mois de guerre contre le Hamas.

Sur l’ensemble du petit territoire surpeuplé, les corps de plus de 200 Palestiniens tués dans les bombardements ont été transportés dans les hôpitaux ces dernières 24 heures, et plus d’une centaine de blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas et d’après des sources hospitalières. Des milliers d’habitants continuent à fuir désespérément vers le sud et la ville voisine de Rafah, frontalière de l’Egypte, répondant aux injonctions de l’armée israélienne.

« Toute la ville subit des destructions et des bombardements incessants. Beaucoup de gens arrivent du nord dans des conditions désastreuses, sans abri, à la recherche de leurs enfants », a raconté à l’AFP Hassan Al-Qadi, un habitant de Khan Younès déplacé à Rafah. « Nous voulons comprendre. S’ils veulent nous tuer, qu’ils nous encerclent dans un seul endroit et nous éliminent tous ensemble. Mais nous pousser à nous déplacer d’un endroit à l’autre, ce n’est pas juste », a-t-il ajouté.

Le chiffre du jour

1.738. C’est le nombre de nouveaux logements pour colons qui vont être construits à Jérusalem-Est. « S’il n’y avait pas la guerre » entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, « cela ferait beaucoup de bruit. C’est un projet très problématique pour la continuité d’un Etat palestinien entre le sud de la Cisjordanie et Jérusalem-Est », a souligné Hagit Ofran, une responsable de l’ONG La Paix Maintenant à l’AFP.

« Bien qu’environ la moitié de la zone du plan soit située au-delà de la Ligne verte [c’est-à-dire dans la partie occupée et annexée de la ville] et que l’autre moitié soit située à l’intérieur de la Ligne verte, sa situation stratégique entre les quartiers [de colonisation] de Givat Hamatos et de Har Homa la rend particulièrement problématique d’un point de vue politique », souligne l’ONG dans un communiqué publié mercredi.

La phrase du jour

« Je m’attends à un effondrement total de l’ordre public » »

C’est une lettre inédite adressée au Conseil de sécurité. Le secrétaire général de l’ONU met en garde, une nouvelle fois, sur la situation catastrophique à Gaza. « Avec les bombardements constants des forces armées israéliennes, et en l’absence d’abris ou du minimum pour survivre, je m’attends à un effondrement total de l’ordre public bientôt en raison des conditions désespérées, ce qui rendrait impossible une aide humanitaire même limitée », écrit Antonio Guterres.

Il invoque pour la première fois depuis son arrivée à la tête des Nations unies l’article 99 de la Charte qui lui permet d'« attirer l’attention du Conseil » sur un dossier qui « pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationale ». « Une situation encore pire pourrait se produire, y compris des épidémies et une pression accrue vers des déplacements de masse vers les pays voisins », ajoute-t-il.

La tendance du jour

La tension est toujours vive entre le Liban et Israël, même si l’escalade est contenue pour le moment. Deux personnes, dont un soldat libanais, ont été tuées mardi dans des bombardements israéliens dans le sud du Liban, ont indiqué l’armée libanaise et l’agence de presse officielle.

Notre dossier sur la guerre entre Israël et le Hamas

Dans un communiqué, l’armée, déployée dans la zone frontalière, a indiqué que « l’ennemi israélien a bombardé » un de ses postes militaires dans la région de Aadaissé, « tuant un soldat et en blessant trois autres ». L’armée israélienne a reconnu l’incident et affirmé avoir visé une position du mouvement armé libanais Hezbollah, allié du mouvement palestinien Hamas, « pour éliminer une menace imminente ».

Sujets liés